Juanjo Guarnido

  • Juanjo Guarnido est un dessinateur de BD espagnol né en 1967. Il participe à la conception de plusieurs fanzines et publie des illustrations chez Comics Forum - Planeta de Agostini pour l'édition espagnole de Marvel Comics. Il s'installe ensuite à Madrid où il travaille aux studios d'animation Lapiz Azul. C'est dans ce studio qu'il rencontre Juan Diaz Canales, celui qui deviendra son scénariste pour Blacksad. Juanjo Guarnido est embauché en 1993 aux Studios Walt Disney de Montreuil (à côté de Paris). Il y travaille comme layout-man (dessinateur des décors) puis comme animateur. C'est à ses heures libres qu'il entreprend la réalisation de son premier album, Blacksad : Quelque part entre les ombres. Sa nouvelle série, Sorcelleries, est parue en 2008 aux éditions Dargaud. Avec la collection Sketchbooks, Comix Buro vous invite à feuilleter les carnets des meilleurs artistes de la bande dessinée et de l'illustration. À travers des recueils d'o euvres souvent inconnues du grand public, et sur le principe du carnet de croquis, Comix Buro vous fait découvrir l'univers artistique de ces auteurs. Vous y découvrirez les multiples facettes de leur talent à travers des illustrations inédites, des croquis revenus de pays lointains, des peintures, des story-boards, des créatures étranges et vous serez surpris de l'étendue de la palette de chaque auteur.

  • Excursions et itinéraires en voiture accompagnés d'une cartographie détaillée.
    Guide pratique de plages, d'architecture rurale, d'histoire, de musées, d'archéologie, de fêtes, de restaurants et de logements.

  • Fripouille sympathique, don Pablos de Ségovie fait le récit de ses aventures picaresques dans cette Amérique qu'on appelait encore les Indes au siècle d'or. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l'Amazone, jusqu'à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l'Eldorado !

  • "Parfois, quand j'entre dans mon bureau, j'ai l'impression de marcher dans les ruines d'une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble au vestige de l'être civilisé que je fus jadis.

  • Oldsmill, le maître de la ville, est un tigre blanc.
    Karup, le chef de la police, un ours blanc.
    Huk, l'âme damnée de Karup, un renard blanc.

    Avec les autres animaux à pelage immaculé, ils forment la société WASP (W pour White, AS pour Anglo-Saxon, P pour Protestant). Tous les autres habitants, de la pie noire au renard brun-roux en passant par le chat tacheté et la biche châtain, ne sont que racaille. Et si la police n'est pas capable de maintenir l'ordre des blancs, les gros bras d'Arctic-Nation, le parti raciste, cagoulés et vêtus de robes blanches, s'en chargent sans états d'âme. Ils ont les cordes et les croix enflammées qu'il faut.

    Dans cette ambiance pas câline, câline, Blacksad, le chat détective privé, enquête sur la disparition d'une enfant de couleur. La mère de Kyle, Dinah, travaillait comme femme de ménage chez le même Karup et, selon quelques bonnes âmes, serait au mieux avec le fils Oldsmill.

    Un vrai noeud de vipères dans lequel Blacksad plonge les pattes et joue au justicier prompt à griffer si nécessaire. Son seul appui, le reporter d'un magazine à scandale Weekly. Un fouille-merde qui sera utile à John. Vaut mieux. Coups bas et coups tordus vont pleuvoir comme à Gravelotte.

    Après Quelque part entre les ombres, son coup d'essai et de maître, le dessinateur Guarnido va encore plus loin dans le réalisme animalier. Les gueules, les pelages, les ramages de ses personnages leur donnent une réalité extraordinaire, et c'est à tomber par terre, toujours humaine. Lorsqu'ils sortent leurs crocs ou leurs griffes, ses fauves relèguent les coups de gueule d'un James Cagney au rang de caprices de garçonnet. Le plus doux des chatons est un fauve en devenir. Alors, Blacksad en colère !

    Le scénario de Canales est envoûtant comme un roman de Dashiell Hammett, glauque comme un Raymond Chandler, gouailleur comme un Chester Himes.

    Arctic-Nation est un vrai roman noir. Très, très noir.

  • Finances et moral au plus bas, Blacksad est à Las Vegas où il travaille pour le compte d'un joueur fortuné. Pourtant une rencontre inattendue va bousculer sa nouvelle vie : un ami, Otto Lieber, scientifique de haut rang, est de passage dans la ville où a lieu une conférence sur le nucléaire. Les deux hommes réussissent à se voir et les souvenirs remontent à la surface... Otto semble avoir une vie passionnante malgré l'excentricité de son "bienfaiteur", Gotfield. Celui-ci est marié à la troublante Alma et, après ces rencontres, la vie de Blacksad va prendre une nouvelle tournure...

  • Weekly doit quitter La Nouvelle-Orléans ; il y laisse John qui préfère rester pour chercher du travail sur place. Par chance, celui-ci croise justement un riche Texan qui lui propose de ramener sa voiture chez lui : un boulot simple et bien payé ! John accepte, mais, dans une station-service, il se fait voler la voiture par Chad Lowell et Abe Greenberg - deux écrivains beatniks qui cherchent à rejoindre Amarillo, au Texas. Bientôt, une querelle entre les deux hommes, rivaux, vire au drame : Chad, poussé à bout, tire sur Abe qui meurt sur le coup. Obligé de fuir, Chad trouve refuge dans un cirque. John se lance à sa poursuite sur les routes américaines du Nouveau-Mexique, du Colorado, du Texas et de l'Illinois.

  • Années 1950, La Nouvelle-Orléans, où la fête de Mardi gras bat son plein. Grâce à Weekly, un producteur de jazz dénommé Faust fait la connaissance de Blacksad. Faust demande à ce dernier de s'occuper d'une affaire : un de ses musiciens, le pianiste Sebastian, a disparu. Il n'a pas donné signe de vie depuis des mois, mettant en péril le label musical privé d'une star. Faust craient que Sebastian ait, une fois de trop, sombré dans la drogue. Sa requête est d'autant plus pressante que Faust se sait atteint d'un cancer. Blacksad accepte la mission et découvre peu à peu que Faust ne lui a pas tout dit. Il s'aperçoit qu'il est lui-même manipulé, mais décide tout de même de retrouver Sebastian pour comprendre les raisons de sa disparition. Il ne sait pas encore qu'il va connaître son enquête la plus éprouvante, à plus d'un égard.

  • Un an après la sortie du premier titre de la magnifique série Blacksad, un making-of était publié ; on y trouvait une interview de Juan Díaz Canales et Juanjo Guarnido, le story-board commenté de l'histoire ainsi que plusieurs documents inédits. Ce hors-série, qui était épuisé, est réimprimé dans une version corrigée, dans un format identique à celui des autres albums de la série et, surtout, sera vendu 10 euros moins cher ! Un superbe ouvrage, aux origines de la série.

  • Avant de se lancer dans la réalisation des planches, le dessinateur et coloriste de Blacksad réalise une multitude de recherches à l'aquarelle qui lui permettent, case par case, de trouver la bonne lumière et de définir les couleurs dominantes pour chaque scène. Un incroyable travail d'orfèvre autour d'une des plus belles séries de la bande dessinée.

  • Trois sorcières - Fébris, Brygia et Sortilega - qui vivent dans la même vieille maison, reçoivent par erreur un bébé issu d'une plantation de choux dirigée par la fée Titania...
    Ce bébé fée, Hazel, va bousculer leur vie surtout que débarquent à l'improviste leur cousine Panacea et son abruti de mari, Rex ainsi que sa fille Hécate. Incarnation du monde moderne et de ses dérives, Rex ne comprend pas qu'aucun poste de télévision ne soit présent dans la maison et décide alors d'imposer le petit écran dans la vie des sorcières dépassées !
    Pendant ce temps Titania, la reine des fées, tente de retrouver la trace de Hazel sans savoir que celle-ci est hébergée chez des sorcières, ennemies héréditaires des fées...
    Mais tous se préparent à la grande fête de Walpurgis qui réunit le gratin des créatures de l'autre monde dont les fées et les sorcières !
    Un savant cocktail d'humour, de tendresse avec une dose d'ironie sur notre société pour cette série grand public. Une occasion de se moquer du monde moderne et de ses dérives, épinglant au passage la médiatisation à outrance et le règne de la consommation.
    La nouvelle série du dessinateur "vedette" de Blacksad écrite par Teresa Valero qui vient de l'animation. Une série accessible à partir de 7/8 ans

  • Dans ce tome 3 de Sorcelleries, Valero et Guarnido nous offrent une vision des plus loufoques de la féerie !

    Le 3e épisode de Sorcelleries s'ouvre sur une sacrée pagaille ! Un bébé fée, Hazel, a décidé de rester dans le monde des sorcières, ce qui n'est pas pour déplaire à ces dernières. Mais Titiana, la reine des fées, ne l'entend pas de cette oreille ! Pour ne rien arranger, Rex, un être humain marié à une (charmante) sorcière, décide d'organiser un jeu télévisé auquel participent des enfants. dont Hazel.

    Ce 3e volet clôt la série Sorcellerie, une bande dessinée d'humour pour petits et grands.

  • Le calme est revenu chez les sorcières. Un calme bien relatif d'ailleurs puisque désormais leur maison est envahie d'objets électroménagers de toutes sortes avec, bien sûr, la télévision ! Pendant ce temps la petite Hazel est à l'école, une école forcément pas comme les autres dans laquelle on apprend par exemple la magie. Mais la reine des fées, Titiana, ne désespère pas de retrouver cette fée égarée au pays des sorcières.

  • Conclusion d'une oeuvre magistrale où passé, présent et futur ne forment plus qu'un seul espace temps d'aventure Retour dans le présent. Contrairement à sa mère, le fils du Voyageur est sauvé et grandit sur une île avec son père et sa mère adoptive. Un répit de courte durée, puisque le jeune Louis Markovich et sa mère sont retrouvés et pris en charge par le Dogme : le même organisme qui a voulu des années auparavant éliminer le Voyageur, mais qui réalise maintenant que son fils pourrait être leur seule opportunité pour reprendre la main sur un monde sombrant dans le chaos.

    C'est dans les arènes de Lutèce, pendant l'Antiquité, que l'on retrouve Vedder et Issa. Ils disparaissent dans le flux pour réapparaître à Paris en 2070. Après être allé chercher Mac, tous hésitent sur la bonne marche à suivre : Vedder doit-il aller dans le passé sauver les enfants, comme il l'a lui-même vécu dans son passé ? Aurait-il un espoir de sauver Lili ? Et plus généralement, en agissant dans le passé, peuvent-ils empêcher des événements funestes d'advenir ?

    Dessinée entièrement par le virtuose Guarnido, Voyageur Omega est la pierre angulaire qui apporte à la fois le lien et la conclusion aux trois cycles habilement tissés par Stalner et Boisserie.

  • Série culte en seulement quelques albums, Blacksad se fait rare, et cette première intégrale est donc un double événement. Sous une couverture originale, ce très bel ouvrage propose en bonus 24 pages de crayonnés, de recherches et de dessins inédits. Attention ! Tirage limité. il n'y en aura pas pour tout le monde !

  • Blacksad ; what's news Nouv.

    Demandez l'édition spéciale de 'What's News' !

    Vous découvrirez en exclusivité les coulisses des deux prochains "Blacksad" avec des révélations livrées par les auteurs eux-mêmes, des photos et des dessins inédits, etc. Ce numéro unique de'What's News', journal pour lequel collabore Weekly en tant que journaliste, sera une véritable avant-première de cette série culte la plus attendue de l'année 2021.

  • Blacksad HORS-SERIE ; what's new ! Nouv.

  • Deux mois après la sortie de la nouveauté Blacksad, Dargaud proposera une réédition de l'Histoire des aquarelles (album épuisé à ce jour), qui présente l'ensemble des roughs aquarelles réalisées par l'auteur au moment de la conception des trois premiers albums. Au même moment sortira L'Histoire des Aquarelles de l'Enfer, le silence avec 80 aquarelles commentées par l'auteur sur 40 pages. Ce nouveau titre sera proposé à la fois dans un coffret (avec cale) ou en album simple.

  • Pour le "privé" John Blacksad, l'Amérique des années 1950 est un vrai roman noir.
    "Black is black"? La lumière et les couleurs jaillissent pourtant sous le trait du dessinateur, Juanjo Guarnido. Des aquarelles de toute beauté, au charme presque félin, divulguées dans les enquêtes de Blacksad. Mais ces aquarelles ont elles-mêmes leur propre histoire présentée dans cet ouvrage qui réunit les "roughs"; ces dessins préparatoires que l'auteur réalise avant de finaliser chaque planche.
    Juanjo Guarnido nous raconte ici l'histoire de ses aquarelles réalisées pour les albums Quelque part entre les ombres, Arctic-Nation et Âme Rouge.

  • L'univers de Voyageur est composé de trois séries se déroulant à différentes époques et axées autour d'un même personnage, le Voyageur, qui a la faculté de se téléporter dans différents champs spatiaux et temporels. Les séries suivent ses déplacements et son évolution au fil de ses sauts quantiques, dont les effets se répercutent d'un album à l'autre.

    Fish vient de se téléporter du Moyen-âge. Il se retrouve en 1940 à Paris, en pleine occupation allemande. Épuisé physiquement et nerveusement par les évènements qu'il vient de vivre, il décide de prendre du repos avant de reprendre son combat. Lors d'un défilé nazi rue de Rivoli, il rencontre Marie, une séduisante Parisienne, à laquelle il se présente comme André Fisher. Il découvre avec elle un nouveau côté de l'existence et développe des sentiments encore inconnus. Mais il reste très fragile et tourmenté, en proie à de violents accès de colère, et la période troublée dans laquelle il doit vivre ne l'aide en rien : la présence d'officiers nazis provoque en lui des pulsions meurtrières de plus en plus extrêmes. Fish pourrait changer le cours de l'Histoire. À condition que son frère Mark lui en laisse la possibilité.

    Boisserie et Stalner poursuivent leur ambitieuse saga, en confrontant Fish à sa face la plus sombre. La dynamique du récit est superbement servie par le dessin soigné de Siro, influencé par les meilleurs comics américains.

  • Nous retrouvons Fish, physiquement et mentalement abîmé, gladiateur à Lutèce dans l'Antiquité. Il attend Vedder pour retourner dans le futur. Les deux frères se retrouvent enfin, mais ne peuvent partir aussi vite : un saut quantique serait dangereux pour la santé précaire de Fish, et il y a un homme qu'ils ne peuvent laisser dans l'Antiquité, car il a un rôle capital à jouer dans le futur. Mais ces derniers moments dans l'arène vont se révéler funestes pour les Voyageurs.Ce dernier tome avant l'épilogue est dessiné par Éric Liberge, qui retourne au superbe style qu'il utilise sur sa série Monsieur Mardi-Gras Descendres.

  • L'univers de Voyageur est composé de trois cycles se déroulant à différentes époques et axés autour d'un même personnage qui a la faculté de se téléporter dans l'espace et le temps. Les séries suivent ses déplacements et son évolution au fil de ses sauts quantiques, dont les effets se répercutent d'un album à l'autre.Le Voyageur a cette fois atterri dans le Paris du XVIIe siècle. Impuissant, incapable de retrouver les siens ou de retourner dans le futur, il attend. Il apprend le maniement de l'épée auprès de maître Florès. Celui-ci l'informe qu'il existe une femme qui a elle aussi une cicatrice en forme de V sur le front et les yeux vairons...Voici le troisième opus de l'intrigante et virtuose tétralogie du Voyageur-Passé, dessiné par Éric Lambert, déjà complice de Boisserie et Stalner sur Flor de Luna.

empty