Langue française

  • La route est longue avant d'atteindre le Grand-Banc. Pour les marins comme pour les jeunes mousses, la vie à bord est rude... Pierre Abgrall va devoir se former au « Grand Métier » et il comprendra assez vite pourquoi on surnomme ces pêcheurs de morue « Chiens de la Mer » ! Pour sa première traversée qui va durer de longs mois, Pierre va affronter le froid, la fatigue, les brumes et les tempêtes mais surtout imposer sa force face à certains pêcheurs sans foi ni loi.

  • L'arrivée de Pierre Abgrall, homme de la terre sur la côte bretonne provoque en lui l'émerveillement de voir ces marins dévoués, courageux et leurs femmes sur les berges à les attendre. Parmi elles se trouve Marie, aux charmes qui ne laisse pas Pierre insensible. La jeune femme attend son bien-aimé parti en mer, sur les Grands Bancs de Terre-Neuve, il y a déjà quelques mois. Lorsque le bateau revient, son promis René est mort tragiquement dans les eaux glacées. Marie, prise de chagrin, tente de se suicider... Pierre se laisse alors prendre et décide de s'engager auprès de ces hommes vaillants et prouver ainsi son amour à Marie en deuil... Même Léa, follement amoureuse de ce dernier, ainsi que sa tante Angèle restées au pays ne parviennent pas à le retenir... Il découvre la mer, c'est le coup de foudre immédiat, violent et définitif... Formé, par Père Lebreton, le plus ancien des Terre-Neuvas, il s'embarque au mois de mars 1921 à bord de la goélette, rêvant de faire battre le coeur de la pauvre Marie... Avec lui, nous vivons au jour le jour l'existence de ces forçats de la mer qui affrontaient brumes et tempêtes pour nourrir leurs familles...

  • Entre terre et mer t.1 ; le grand banc

    ,

    • Soleil
    • 14 Janvier 2015

    Printemps 1920, Pierre Abgrall vient de perdre sa mère. Plus rien ne le retient chez lui, pas même l'amour que lui porte la jeune Léa Cloarec. Il décide alors de tout quitter, de partir comme saisonnier sur la côte Malouine. Homme de la terre, c'est la première fois qu'il découvre la mer. Embauché sur le littoral fertile, il loue ses bras à la ferme de Jeanne.
    Là-bas, les femmes vivent seules, cultivent la terre ou labourent les flots en priant pour le retour de leurs hommes partis en mer.
    Marins de père en fils, ceux que l'on surnomme les «Terre-Neuvas» s'en vont pêcher la morue sur le «Grand Banc» de Terre-Neuve à bord d'une goélette morutière Malouine «La Charmeuse».
    Tous les jours, Marie la lavandière, face au large, guette le retour de son promis embarqué pour une campagne de pêche. Dès le premier regard, Pierre s'éprend d'elle et oublie Léa restée à la ferme. Peu à peu, la curiosité du jeune homme se tourne vers la mer, malgré le danger et surtout pour les beaux yeux de Marie, qui n'a de fascination que pour les marins. Qui sont ces hommes pour qui le coeur des femmes bat si fort ? Ces aventuriers qui affrontent brumes et tempêtes pour nourrir leurs familles, ces «forçats de la mer» qui contemplent toutes les beautés de Terre-Neuve, qui vivent tous les malheurs et survivent grâce à une très forte amitié.
    Avec Pierre, nous vivons au jour le jour leur existence, leur quotidien. Avec Marie, Jeanne et les autres, nous connaissons l'angoisse de ceux qui restent à terre.

empty