Grandvaux

  • La caméra de bois

    Olivier Delahaye

    La Caméra de bois est la novélisation d'un film tourné en Afrique du Sud et récompensé par de nombreux prix, dont le prestigieux Ours de cristal à la Berlinale, Berlin, 2004.

    Prenez deux adolescents amis pour la vie qui découvrent un pistolet et une caméra et se voient ainsi proposer deux manières de conquérir le monde : la violence ou l'art.
    Ajoutez leur rencontre avec une jeune fille de leur âge, en conflit permanent avec ses parents, et sensible au charisme de l'un comme au charme de l'autre.
    Notez que les deux garçons sont noirs et viennent du township de Kayelitsha, un quartier pauvre de la banlieue du Cap, et que la jeune fille, blanche, vit dans un palais situé dans une zone résidentielle du Cap.
    Placez ces personnages sur la toile de fond de l'Afrique du Sud dix ans après la fin de l'apartheid et l'accession de Nelson Mandela au pouvoir. Et vous aurez une histoire qui se passe entre les ombres et les lumières de nos sociétés contemporaines, entre la volonté de trouver sa voie et le déterminisme social, entre l'amitié, l'amour et les préjugés et le rejet de l'autre, entre l'art et la violence comme modes d'appréhension du monde.

  • Ce livre consacré aux vodun et orisha constitue une somme de documents exceptionnels. Ce livre témoignage montre l'évolution d'un culte fondé autrefois sur l'initiation et le secret, qui revendique aujourd'hui une dimension culturelle, ciment d'une société où la religion relie les hommes et le cosmos. Au cours d'un premier et long séjour d'un an et demi suivi de plusieurs autres, Catherine et Bernard Desjeux ont pu partager et vivre un grand nombre de cérémonies où les morts deviennent les membres les plus importants de la société des vivants.

  • Le sociologue Mohamed Amara jete un regard positif et original sur un Mali en proie à la prédation des marchands d'angoisse. Le Mali agonise, tiraillé entre l'image fictive de " belle démocratie " des années 1990 et la situation cauchemar desque actuelle : narco-terrorisme au quotidien, inégalités sociales grandissantes et injustices prégnantes. Pendant ce temps, les angoisses des populations se dé-veloppent et deviennent le terreau de violences exacerbées : angoisse de la pensée unique, angoisse des conflits intercommunautaires, an-goisse de la pauvreté, angoisse de la pression sociale, angoisse d'un Etat dominant et écrasant, angoisse des élites corrompues et des ci-toyens corruptibles.
    " Le Mali doit penser son futur en termes de développement des libertés, de justice et d'un droit au bonheur pour tous. "

  • Guernica Oléron

    Thierry Guilabert

    Ce roman s'inspire librement de l'histoire de milliers d'enfants évacués des villes de Guernica et Bilbao et de toute l'Espagne républicaine après les bombardements de 1937, en pleine guerre civile. Beaucoup arrivent sur l'île d'Oléron, à Boyardville.
    On y suit les aventures d'Adéi, un jeune Basque né cinq minutes après son frère et soumis aux rigides traditions familiales, aux lois de la maison, à ce père qui le destine à devenir serviteur de son jumeau.
    L'exil, la découverte de l'île d'Oléron lui permettront-ils de s'arracher du carcan qui enfermait sa vie ?
    Guernica Oléron est le roman de cette libération

    En stock

    Ajouter au panier
  • On compare souvent l'afrique à un chaudron, image commode pour qui se tient à l'extérieur cette histoire se place au contraire à l'intérieur de l'afrique.
    Elle ne l'utilise pas comme décor, mais se meut dans le milieu réel oú se frottent les formes infinies de l'espoir et de l'injustice. beaucoup de personnages sont des africains, bien sûr, mais les deux principaux sont des blancs. l'un, andré juvénal, planté depuis assez longtemps en terre africaine pour désirer et redouter à la fois d'y prendre racine. l'autre, christian marion, que son métier de journaliste a envoyé là pour tout juger en un clin d'oeil.
    Mais au contact de juvénal, et jusque dans sa fin tragique, marion découvre ce qui se cache derrière les paysages fascinants, la menace étouffante de la forêt, les secrets inavouables de la ville noire-blanche. ii découvre la pire des maladies tropicales ; la certitude d'en savoir assez long sur l'afrique pour ne rien apprendre d'elle.

  • Ce livre est le regard photographique qu'Alain Fonteray a porté avec passion pendant dix ans sur le travail d'Olivier Py.
    Il nous livre un carnet sensible de cette grande aventure théâtrale, au travers de quatre épopées: La Servante, Le Visage d'Orphée, L'Apocalypse joyeuse et Le Soulier de satin de Paul Claudel. Dans un texte magistral, Olivier Py pense les rapports complexes de deux arts, si loin, si proches, que tout semble opposer : le théâtre et la photographie. " Le photographe est un légiste du hasard, nous nous méfions de lui, nous qui tentons de ressusciter le Possible, notre travail est au pôle opposé, et c'est de cela que la photographie de théâtre est si belle et si mystérieuse.
    Le pôle opposé n'est pas un lieu de contradiction, c'est bien plutôt l'aimant ".

  • Dans ces trois contes, avec la complicité de sa petite-fille Clémence, Chantal d'Ersu emmène le lecteur dans le monde imaginaire d'une sirène étrange qui vient au secours d'un capitaine, d 'une princesse malicieuse et d'une sorcière cocasse qui joue avec les mots et ses chats..

    « Ce poisson dans mon assiette, comment il s'appelle ?
    - Sandre.
    - Je ne veux pas manger de la cendre de cheminée !
    Et si on écrivait une histoire avec des mots qui ont l'air pareils et une sorcière qui fait des blagues ! »

  • « Je vous emmène à Bello-Tounga, en pays dendi, dans le petit village de pêcheurs qui m'a vu naître. Nous sommes au bout du monde, à l'extrême nord du Bénin, sur la rive droite du fleuve Niger.
    Réputés dans toute l'Afrique de l'Ouest pour leur savoir-faire dans la prise en charge des maladies mentales, les Dendis sont inséparables du fleuve. Cette proximité avec l'esprit de l'eau - la déesse-mère Harakoye - leur confère une place particulière à la onction du religieux et du soin.
    Je vous convie ici à un rituel thérapeutique de renaissance, une couvade appelée Danfou, littéralement «mettre dans la case» ».
    Moussa maman Bello

  • Eclats de philosophies est un manuel synthétique de culture générale critique. Il rend accessible les philosophes, les scientifiques et les artistes incontournables de l'histoire, de l'Antiquité à nos jours. Outre la forme transdisciplinaire de bibliothèque idéale et de musée imaginaire, l'un des mérites de cet ouvrage est de traiter les 17 notions du nouveau programme de philosophie en 12 chapitres sous la forme exemplaire de dissertations : Temps - Nature et technique - Liberté, raison, vérité et science - Conscience et inconscient - Travail - Justice - Devoir - Religion - Etat - Bonheur - Langage - Art.
    Eclats de philosophies présente les modèles civilisationnels qui ont dominé les siècles passés, la mondialisation à l'oeuvre aujourd'hui, la fragilisation de la vie, et propose une alternative. Celle-ci dessine, dans le sillage de grandes révolutions intellectuelles, la nécessaire protection de l'environnement et l'ambition d'une citoyenneté cosmopolitique. Eclats de philosophies est destiné aux lycéens, aux étudiants (classes préparatoires, universités, instituts d'études politiques, écoles de commerce) ainsi qu'à tous les lecteurs soucieux d'appréhender les grands enjeux du monde contemporain, la crise de l'humanité, le déficit d'une solidarité mondiale, la complexité des interrelations généralisées et l'urgence de la bataille.

  • Jules Bert Jean raconte avec humour ses souvenirs d'enfance. Il a grandi sur l'île de la Gonâve en Haïti, dans la campagne de Boukanlama, entre une mère-courage et un père chasseur de vaches sauvages, paysan, pasteur évangéliste, éleveur de cochons et d'un coq de combat qui fit sa fortune.
    Près de soixante ans plus tard la situation a peu évolué : gestes immuables d'une pauvreté digne, coutumes imprégnées de croyances aux êtres surnaturels, accès plus facile à l'eau et à l'école, mais graves dégradations de l'environnement et toujours pas d'électricité.
    Chaque chapitre comporte trois parties : les souvenirs de Jules Bert Jean, des témoignages recueillis sur les mêmes lieux en 2012 et le point sur la situation actuelle en Haïti par Catherine de Silguy. Cet ouvrage est illustré par de nombreuses photographies de Thérèse Bodet.
    Les auteurs sont membres de l'association Soley Lakay (Soleil de la maison) qui oeuvre à la construction de maisons, l'installation de pompes solaires pour l'eau potable, de jardins familiaux.
    Les droits de ce livre sont destinés au financement de ces actions.

  • Ce livre accompagné d'un film propose un voyage à la découverte de Kankan Nabaya, ville de l'hospitalité en Guinée. Un voyage dans l'histoire contemporaine de cette terre d'islam, où il est question de paix et d'amour dans la logique de la charte du Mandé. Elle conforte les règles du «vivre ensemble», règles fragiles et vitales à l'heure où les migrations se transforment en drames quotidiens pour des millions de personnes dans le monde entier.
    Kankan Nabaya est un carrefour où musulmans, chrétiens et animistes coha bitent dans un dialogue permanent. C'est aussi un grand marché international, une cité universitaire où la culture irri gue la vie. La mamaya, la grande fête d'après l'Aïd el-Kébir, est l'occasion de se retrou ver dans la joie.
    Ce livre/film est le témoignage de nos rencontres avec les femmes et les hom mes qui font cette ville.

    En stock

    Ajouter au panier
  • Bordé par des villes mythiques comme Tombouctou et Djenné, frontière mouvante entre le Sahara et le Sahel, le fleuve Niger, fleuve vivant, fleuve de vie, est le coeur du Mali.
    Sur l'eau et sur ses rives l'activité est intense. Pêcheurs, piroguiers, artisans, agriculteurs... s'y partagent l'espace. Pour combien de temps ?

  • Ce livre est un regard concerné sur un continent riche de ses diversités.
    Un livre comme un sourire, un trait d'union, une main tendue... Un premier et long séjour au Bénin, comme initiation à un monde où le partage est une évidence, non un devoir ou une morale. De multiples voyages à travers toute l'Afrique de l'Ouest, pendant près de trente ans, nous font découvrir des trésors, nous transforment en passeurs de couleurs. Des rives sèches du fleuve Niger aux moiteurs de la côte des Esclaves, de la case de terre aux buildings d'Abidjan, des ferveurs des cérémonies vaudou à la tranquillité des campements touaregs, nous n'avons cessé de nous enrichir de nombreuses amitiés.
    Un livre comme un point de vue... Un livre qui donnerait envie. Non, l'Afrique ne peut se réduire à ces cahiers d'images stéréotypées d'enfants agonisants, ces bidonvilles précaires... L'Afrique, ce sont aussi des écrivains, des musiciens, des cinéastes, des peintres, des plasticiens, des philosophes, des chercheurs, des ingénieurs... Regardez ce paysan sarcler son champ sous la violence du soleil ! L'Afrique pleure et sourit.
    L'Afrique a les couleurs de la vie, les couleurs de notre vie.

  • Geert Mommersteeg guide pas à pas le lecteur dans un monde étranger, celui des marabouts de Djenné, au Mali, et dans l'étroite imbrication entre les pratiques "magiques " de ces marabouts et les fondements de la foi musulmane. Il évoque également la vie sociale de Djenné, mais aussi la lumière, les sons et les couleurs de la ville.

  • Rodney Saint-Eloi nous offre de façon magistrale une vision de son pays, Haïti, dans un florilège de mots exhubérants de vie. Haïti : " Ce pays qui s'appelle ailleurs, et dont la route la plus droite est celle qui mène à l'aéroport, est radiographié dans ses géogra-phies intimes, dans une prose sensible où la poésie est toujours en embuscade... Rodney Saint-Eloi nous fait offrande dans ce magnifique livre de sa méditation sur la vie, le temps, [...] la mémoire sensible, politique et poétique d'un pays qui inventa la liberté et dit qu'il croyait en l'une de ses plus belles floraisons : l'humanité.
    " Felwine Sarr " Un très beau livre, donc, écrit dans une langue ample, belle, tendre et poétique, un livre à savourer, et surtout à méditer, lentement et en douceur. " Normand Baillargeon

  • Ces maisons se remarquent peu. D'abord parce qu'elles se fondent dans le paysage en raison de leurs matériaux locaux, extraits du sol :la terre, la brique, le silex, le bois. Ensuite, parce qu'elles sont petites. De la roulotte de berger au pavillon en parpaings, la surface est comptée.
    L'association Patrimoine(s) s'est intéressée à ces habitats bâtis en Normandie entre 1850 et 1950. L'échantillon choisi comprend une vingtaine de maisons représentatives des métiers de l'époque : tisserands, pêcheurs, gardes-barrières, instituteurs, ouvriers... Les abris les plus humbles sont représentés :
    Troglodytes des falaises de Dieppe, loges des sabotiers dans la forêt de Lyons, châlits et paillasses dans les étables. Mais aussi maisons d'ouvriers primées à l'Exposition universelle (Bolbec), cités-jardins du Trait ou encore prototypes comme les maisons métalliques ou lamaison de Le Corbusier à Saint-Nicolasd'Aliermont.
    Les souvenirs des occupants relient ce bâti à la vie quotidienne de ceux qu'on appelait autrefois « les petites gens ».

  • Du Burkina Faso au monde des Nations unies, de l'enfance d'un berger peul à des fonctions internationales : un témoignage contemporain. Ce livre est un témoignage fondé sur un parcours incroya-blement riche et une lecture pacifiste des évènements majeurs qui secouent notre monde. Un plaidoyer pour le Sahel face aux velléités de reconquête coloniale, aux fana-tismes et aux effets collatéraux des actions antiterroristes.
    " Ainsi parle Tahirou Diao, enfant peul de Tenko. Les Jalons mar-quants d'une vie nomade se veut une approche personnelle et inclusive de la résolution des problèmes de la vie au Sahel et dans le monde. "

  • Ce livre est un regard, un partage. Jeux de miroir, miroir du je.
    Quelques images en résonnance de cinquante ans de voyages.
    Nous avons toujours eu une formidable envie, donner à voir l'autre à l'autre : celui qui va à l'école, mange, joue, prie, pleure ou sourit.

    Au-delà des images mentales, riches/pauvres, Noirs/Blancs, ce livre met en scène un face à face imaginaire. De l'Afrique noire à la Loire, de Tombouctou à Ouessant, du Sahara à chez moi, d'ici à là-bas, nous sommes tous des autres.
    Des moments de tendresse, d'humour, de vie. La diversité des situations écrit en lumière la rencontre de parallèles... Nos semblables sont-ils pareils ? Bienvenue chez vous.

  • Pépin, le jardinier des délices, ne se lasse pas d'admirer les merveilles de la nature. Mais il a fort à faire avec un rusé renard et un malin corbeau. Sur le conseil de Dame Grenouille, aux pouvoirs magiques, il part au royaume merveilleux des fruits pour rechercher auprès de vieux sages des essences rares qui guériront la princesse Groseille. Le roi lui donnera la main de sa fille et l'incitera à s'intéresser à une autre forme de culture, celle de l'esprit.

  • Ce livre a une double entrée de lecture : D'une part il nous fait partager le processus de création d'une exposition dans deux pays - le Kenya et le Burkina Faso - initiée par l'Ecole du Patrimoine Africain (EPA). Le propos des scénographes et muséographes, Franck Houndégla et Catherine Martin-Payen est illustré de nombreux plans, croquis, crayonnés...
    D'autre part, il offre une succession de thèmes liés aux lettres de l'alphabet et à leurs illustrations : une approche originale des enjeux présents du continent africain éclairés par son passé et questionnant l'avenir.

  • Ce livre nous introduit dans l'univers d'un des plus fabuleux musiciens contemporains : Salif Keïta. Nul ne pouvait mieux que son cousin et ami de toujours, Cheick Cherif Keïta, décrire cette incroyable destinée. Rail Band du Buffet-Hôtel de la Gare, Ambassadeurs du Motel de Bamako, Ambassadeurs internationaux, autant de formations musicales qui ont permis à Salif Keïta de gravir les marches de la célébrité mondiale et dont les noms évoquent mobilité, voyage. Ils trahissent le désir qui l'a animé très tôt, lui, l'albinos, le Noir à la peau blanche, de partir le plus loin possible d'une société qui lui refusait ses droits à s'affirmer comme homme à part entière. Ils trahissent aussi, comble du paradoxe, sa fierté sans compromis de revenir dans ce Mali mythique et dans son Mandé natal, terre dont il s'est donné vocation de colporter les belles valeurs d'humanisme aux quatre coins du globe. Ainsi, à la manière de son illustre ancêtre Soundiata Keïta, auquel il s'est souvent identifié dans sa lutte contre l'invisibilité sociale, Salif Keïta est parvenu, grâce à son talent artistique et une persévérance hors du commun, à s'imposer comme une des voix les plus envoûtantes de l'Afrique sur la scène de la World Music.

  • Ces contes venus des quatre coins de la côte d'ivoire mettent en scène ses héros légendaires : le lièvre, l'araignée, le margouillat, l'hyène, la panthère, le lion.
    Et le paysan naïf, la femme rusée, le chasseur infatigable, le roi au coeur dur ou tendre, le génie colérique ou bienfaisant, le bon dieu juge et arbitre qui se tient dans le ciel et vous envoie une corde quand il vous invite chez lui, là-haut. leurs histoires, aussi variées que les villages oú elles sont nées, frappent par leur extrême liberté de ton, leur usage du merveilleux comme d'un ustensile commun, leurs moralités sou-vent déconcertantes.
    On y retrouve surtout le rire et l'humour africains, remèdes suprêmes contre les mauvais coups du sort, déguisements subtils de la sagesse.

  • Ce livre est un témoignage unique sur le Sahara: ces photographies ont été prises entre 1938 et 1970 par Henri Lhote - un des découvreurs des peintures rupestres du Tasslli N'Ajjer.
    Il fut l'un des derniers grands explorateurs du Sahara. En nous présentant un florilège de ses photographies les plus représentatives de son parcours saharien, ce livre est un document exceptionnel, comme une fenêtre ouverte sur un monde fascinant: le pays touareg, de Tamanrasset à Tombouctou, de Djanet à Agadez. Il nous renseigne aussi sur l'esprit de découverte qui sévissait dans les années trente : " besoin de contempler l'immense pour pouvoir ne pas croire au mesquin...
    " Cet état d'esprit lui permettra de devenir un véritable savant car il acquit au fil de ses nombreuses expéditions une connaissance charnelle du Sahara. C'est au cours de la campagne du Tassill, effectuée en 1956 et 1957 grâce à son fidèle guide Djebrine, qu'il découvrira le plus grand site de peintures et gravures rupestres du monde. L'exposition qui s'en suivit à Paris fut pour André Malraux " une des expositions les plus marquantes du demi-siècle ".

  • Sand (George) (écrits)/ Philippe (Jean-Denys) (dessins)/ Buisson (Georges) (préface de)
    Traits pour traits met l'accent sur l'actualité politique, sociale et culturelle de George Sand. Des extraits de sa correspondance, de ses écrits autobiographiques ou de ses écrits politiques de réflexion et de combat rédigés dans les années 1840, sont confrontés à des dessins de Jean-Denys Philippe réalisés 150 ans plus tard et publiés dans la presse française.
    Chacun peut, selon son humeur, partir des analyses de George Sand pour s'immerger dans notre actualité ou, à partir des dessins d'actualité, retrouver la pensée de l'écrivain afin d'en mieux apprécier la portée. Ce jeu de miroirs confirme l'ampleur historique des propos de George Sand tout comme il apporte une histoire au dessin d'actualité, par définition éphémère, et lui assure une légitimité une fois retombée l'émotion collective qui l'a justifié : « Il faut apprendre l'histoire, il faut étudier les livres, il faut connaître le passé, il faut songer à l'avenir, cela est certain.»(George Sand)

    « Les oeuvres de Jean-Denys Philippe m'apparaissent dans toutes leur complexité talentueuse. Elles expriment la violence de notre monde et de notre société, tout en étant habitées d'une sensibilité extrême et d'une violente douceur. A la fois caricatures sans complaisance, nous renvoyant à nous-mêmes la douleur de notre mal-être et la tendresse suffisante qui nous permet encore de croire à des jours meilleurs. » (Georges Buisson)


empty