Steinkis

  • En nous mettant face à ces situations presque impensables nous prend par la main pour nous amener à les envisager. Un anthropologue Jivaro « fait son terrain » dans la commune de Bois-le-Roi, des pinsons et mésanges définissent les nouvelles lois, Trump Merkel et Macron formant la minorité occidental à préserver. En quatre chapitres dessinés, Pignocchi nous place tantôt dans un arbre, tantôt à l'Élysée. Nous sommes oiseau qui pense militant, nous sommes présidents qui pensent indien.
    Lire pour redescendre dans le croyable et cette fois, envisager vraiment le renversement.

  • Et si le Premier ministre se prenait de passion pour les rainettes ?
    Et si écraser un hérisson par mégarde risquait de déclencher la fureur de son esprit protecteur ?
    Et si le monde et ses dirigeants adoptaient l'animisme des Indiens d'Amazonie ?
    La culture occidentale traditionnelle, quant à elle, ne subsisterait plus que dans quelques régions françaises, où un anthropologue jivaro viendrait l'étudier et militer pour sa sauvegarde.

    De ce parti pris, Alessandro Pignocchi fait émerger un monde où les valeurs s'inversent, les lignes se déplacent et où les rainettes reçoivent enfin la considération qu'elles méritent.

  • Mannequin, muse, photographe, reporter, cuisinère, Lee Miller vécut mille vies en une !

  • Les derniers mois de la vie de Verlaine...
    Alcoolique phénoménal, amant frénétique, bigame maltraité, le poète génial oscille depuis toujours entre l'ignoble et le sublime. À 51 ans, son existence cataclysmique laisse de nombreuses traces : un nombre invraisemblable de maladies (syphilis, diabète, souffle au coeur, cirrhose du foie, pneumonie...), des admirateurs qui ne sont plus qu'une poignée et des contemporains qui l'accablent de leur mépris... C'est alors, qu'en quelques semaines, la jeunesse du Quartier latin en fait son idole. Ils admirent sa poésie, la force de ses anathèmes, le désordre de sa vie, se battent pour l'écouter dans les cabarets et se ruent à son chevet.
    Ainsi, encore une fois, le destin du poète le conduira de l'infamie au grandiose.

  • Anent

    Alessandro Pignocchi

    Au cour de la jungle amazonienne, les Jivaros Achuar conversent quotidiennement avec les plantes, les animaux et les esprits grâce aux anent, de petits poèmes fredonnés à voix basse ou récités mentalement.
    Du moins en était-il ainsi il y a quarante ans, lorsque l'anthropologue Philippe Descola partagea leur vie pendant trois années.
    Fasciné par son récit, Alessandro Pignocchi repart aujourd'hui sur ses traces. Chercheur en sciences cognitives et philosophie de l'art à l'Institut Jean Nicod (CNRS/ENS/EHESS), ALESSANDRO PIGNOCCHI s'est lancé dans l'illustration et la bande dessinée avec son blog Puntish, dans lequel il imagine que les dirigeants de la planète ont adopté l'animisme des Jivaros.
    Il a publié chez Odile Jacob L'Ouvre d'art et ses intentions en 2012 et Pourquoi aime-t-on un film ? Quand les sciences cognitives discutent des goûts et des couleurs en 2015.

  • Comme beaucoup de français, Benjamin Carle entend parler de GM&S pour la première fois en 2017, alors que les salariés menacent de faire sauter leur usine de sous-traitance automobile pour lutter contre sa fermeture.

    Journaliste et documentariste, il décide de retracer l'histoire et le destin de la plus grande entreprise de la Creuse, installée à La Souterraine depuis 1963.

    Cette enquête raconte le combat d'ouvriers, dessine le portrait d'une ville, replonge dans les archives et les données économiques pour comprendre comment nous en sommes arrivés là. Elle fait aussi, en creux, les comptes de la désindustrialisation dont les conséquences continuent de se dévoiler. Même dans le "monde d'après".

  • "Nous étions Q, dans James Bond. Et tellement plus." Jonna. CIA, Washington ;

    "Ils m'ont demandé de devenir quelqu'un d'autre, une Allemande du nom d'Ima Ackerman." Ludmila. KGB, Moscou ;

    "S'ils avaient découvert notre chargement, nous n'aurions pas eu d'autre choix que de les tuer." Yola. Mossa, Tel Aviv ;

    "Au début, j'ai espionné par amour. Mais après, par idéologie" Gabriele. Stasi, Munich ;

  • Annick Cojean est grand reporter au Monde.
    Au fil de sa carrière, elle a croisé Simone Veil à plusieurs reprises. Au fil de leurs rencontres, une relation singulière s'est installée entre Simone Veil et la journaliste.
    Une relation de femmes au-delà des fonctions.
    Un portrait subjectif, délicat et parfois surprenant de la femme au-delà de l'héroïne.

  • Paris, mars 1871.
    Raoul Avoir, un artiste graveur, s'est engagé dans la garde nationale pour défendre Paris contre les Prussiens pendant l'automne 1870. Lors de la Commune, il est nommé à la tête du commissariat du XIVe arrondissement et se trouve confronté à une série de meurtres atroces. Il commence à mener l'enquête parallèlement à ses devoirs envers la Commune. Son sens de l'observation et du dessin l'aident à trouver des pistes. Et la découverte du coupable devient peu à peu pour lui une obsession.

  • Japon, 11 mars 2011. Un tremblement de terre déclenche un tsunami, qui cause, par des réactions en chaîne, la fusion du coeur de trois réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima. Une catastrophe de l'ampleur de celle de Tchernobyl.
    Comme tous les habitants de la région, Naoto Matsumura est évacué. Mais ce fermier ne peut se résoudre à abandonner la ferme où sa famille vit depuis cinq générations... et ses bêtes. Prêt à tout pour sauver une vie, fut-elle animale, il retourne chez lui, en pleine zone interdite.
    Depuis, l' « homme le plus irradié du Japon » fait régulièrement entendre sa colère contre le nucléaire et manifeste sa résistance en retournant toujours sur sa terre, auprès des animaux qu'il a sauvés.
    Naoto est une promenade contemplative et onirique sur ces terres dévastées et abandonnées par l'homme. Parcouru de référence aux légendes japonaises qui sont autant d'odes à la nature, le récit rend hommage au combat d'un homme et à la beauté de la vie, qui reprend toujours ses droits.

  • Entre 1960 et 1996, la France a fait exploser, en Algérie et en Polynésie, 210 bombes atomiques.

    Des essais nucléaires auxquels ont participé, de près ou de loin, environ 150 000 hommes. Beaucoup étaient fiers de contribuer à la « grandeur de la France... jusqu'à ce que les premières maladies apparaissent. Et les premiers mensonges d'État.

    À l'aide de récits d'appelés, d'engagés, de personnels civils, d'habitants de Polynésie mais aussi de documents estampillés « secret défense », Au nom de la bombe dessine la face cachée de la grandeur atomique française. Édifiant !

  • Citoyen désenchanté, mari subjugué, propriétaire dépité, artiste dubitatif et père fusionnel et angoissé, Hanuka porte un regard d'une rare subtilité sur le monde et l'exprime avec uneremarquable inventivité graphique.

    Sélectionné à Angoulême en 2015, primé à Lucca la même année, le Eisner Awards du meilleur album étranger décerné en 2016, consacre le talent d'Asaf Hanuka.

  • Ellie est une petite fille singulière. Elle porte du noir, est obsédée par le personnage de Willow dans Buffy contre les vampires et ne semble pas beaucoup s'intéresser aux garçons. Oui, parce qu'Ellie est lesbienne. Mais cela va lui prendre de nombreuses années et des coming out à répétition avant d'accepter pleinement qui elle est.
    Dans Toutes les fois où je me suis dit... je suis gay ! Eleanor Crewes nous relate avec humour et tendresse sa difficulté à identifier sa sexualité, sa recherche d'identité mais aussi le difficile passage de l'adolescence à l'âge adulte.

    « Nous nous formons à l'intérieur de vocabulaires que nous n'avons pas choisis et, parfois, il nous faut rejeter ces vocabulaires, ou bien en développer activement de nouveaux. » Judith Butler, 2015 ;

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Pénis de table

    Cookie Kalkair

    « Le sexe est un mystère. On en parle peu. En tout cas pas en détail. Et surtout pas nous, les hommes » Partant de ce constat, Cookie Kalkair organise des tables rondes avec 6 compères. Pénis de table, c'est donc une discussion libre, sans jugement ni tabous entre 7 hommes aux sexualités diverses. Masturbation, orgasme, performance, sentiments, fantasmes, ces hommes vont se dire ce qu'ils n'avaient dit à personne, apprendre des autres et en apprendre sur eux-mêmes. Souvent drôle, parfois cru, toujours documenté et jamais salace, Pénis de table secoue les dogmes et explore une nouvelle image de l'homme. À l'heure où la sexualité féminine est beaucoup questionnée, Cookie Kalkair libère la parole masculine... qui en avait bien besoin !

  • Le réaliste t.4

    Asaf Hanuka

    Citoyen désenchanté, mari subjugué, propriétaire dépité, artiste dubitatif et père fusionnel et angoissé, Hanuka porte un regard d'une rare subtilité sur le monde et l'exprime avec une remarquable inventivité graphique.
    Sélectionné à Angoulême en 2015, primé à Lucca la même année, le Eisner Awards du meilleur album étranger décerné en 2016, consacre le talent d'Asaf Hanuka.

  • Il s'appelle Seidou. Pour sauver sa peau, il a quitté son pays, la Guinée.

    À 33 ans, Seidou n'avait jamais quitté son pays et n'envisageait pas de le faire. Après des études supérieures et avec un bon boulot d'agent commercial en poche, il vivait heureux, à l'aise financièrement.

    Mais après les élections présidentielles et les persécutions dont furent victimes les Peuls, il devient l'un des meneurs d'un mouvement de protestation violemment réprimé par le pouvoir. Il apprend qu'il est devenu un homme à abattre et décide donc de s'enfuir. Il pense partir pour à Bamako, attendre que les choses se tassent puis rentrer. Mais les choses ne se passent pas comme prévu...

    Niger, Libye, Sicile... le parcours est tristement classique.
    Sur le sol européen, c'est une autre épopée qui débute, souvent passée sous silence, celle de la demande d'asile.

  • Les saveurs du béton

    Kei Lam

    Kei a 6 ans lorsque sa famille arrive de Hong Kong pour s'installer à Paris, où son père rêve de devenir artiste peintre.
    De chambres de bonnes en appartements partagés avec d'autres immigrés chinois, Kei et ses parents finissent par passer de l'autre côté du périph' pour devenir... propriétaires !
    Ce nouveau déménagement coïncide avec un autre grand changement, l'adolescence. Entre collège et centre commercial, Kei vit pleinement les années 1990 et s'enrichit de ce métissage culturel.
    Mais la vie dans ce grand ensemble ne manque pas d'interroger l'enfant qu'elle fut autant que l'adulte qu'elle est aujourd'hui...

  • San Francisco, fin des années 1970.
    Mary Ann Singleton débarque dans la baie après avoir coupé le cordon ombilical et quitté son Ohio natal. Elle trouve refuge dans une pension familiale au 28 Barbary Lane. La propriétaire, Madame Madrigal est, disons, pittoresque mais materne ses locataires avec une inépuisable gentillesse. Et ils en ont tous bien besoin, car « s'il ne pleut jamais en Californie, les larmes en revanche peuvent y couler à flots ». Mary Ann va devoir s'adapter à cette nouvelle vie, Mona vient de perdre son emploi, Michael cherche l'homme de sa vie...

  • En France, de nombreuses familles tsiganes furent internées dans des camps gérés par l'administration française. Cela s'est passé entre 1940 et 1946. Nos livres d'Histoire sont silencieux. Chassés, privés de liberté, maltraités, gardés sous la responsabilité et le contrôle des autorités françaises, ces enfants, ces femmes, ces hommes, attendent aujourd'hui encore la reconnaissance de l'Histoire et de la France, leur Histoire, leur France. Simplement parce qu'ils sont Tsiganes, Voyageurs ou dits Nomades, Bohémiens, ce droit de mémoire leur a été dénié. Tsiganes raconte l'histoire du camp de Montreuil-Bellay.

  • L'histoire se déroule au Chili. Soledad a quinze ans, Ricardo 18. C'est elle qui raconte. Il est membre du Mir, mouvement de la gauche révolutionnaire, elle est membre d'une fratrie de neuf frères et soeur issue d'un couple de paysans pauvres. Ils se rencontrent en août 1970 sur le campamento Rigoberto Zamora. Il est responsable de la toma, une occupation illégale de terrain sur laquelle se sont installées 360 familles dans l'espoir d'obtenir une maison. Elle fait partie des sin-casa, 60 000 familles vivant sous des tentes de fortune dans la périphérie de Santiago. Ils se marieront, auront deux enfants, s'impliqueront jour après jour dans les espoirs et les luttes de l'Unité populaire, mettant tout en oeuvre pour défendre ce bref interstice conquis par les humbles. Leur histoire d'amour, portée par l'enthousiasme des mille jours de la présidence de Salvador Allende, prendra tragiquement fin avec elle.

  • À Cateura, un quartier pauvre d'Asunción, la capitale du Paraguay, enfants et adolescents n'ont que les déchets auxquels se raccrocher. Situé à quelques mètres d'une décharge à ciel ouvert, le bidonville n'offre à ses 25 000 habitants que misère, chômage et délinquance et comme unique perspective d'avenir, le recyclage.
    Lorsque Favio Chávez entreprend de donner des leçons de musique aux jeunes de Cateura, il se heurte rapidement à un obstacle : il ne dispose pas de suffisamment d'instruments pour ses élèves. La solution à ce problème est pourtant sous ses yeux. Aidé de Nicolás Gómez, menuisier et bricoleur de génie, il va créer des instruments à partir des déchets qui s'amoncellent dans la décharge. Naît alors l'Orchestre des instruments recyclés.
    /> Depuis 2006, l'orchestre se produit partout dans le monde. En 2015 est sorti le documentaire Landfill Harmonic.
    Hua Lin Xie relate avec poésie et émotion la naissance de cet orchestre qui témoigne du pouvoir de la musique, celui de sublimer l'existence !

  • Au coeur de la jungle amazonienne, les Jivaros Achuar conversent quotidiennement avec les plantes, les animaux et les esprits grâce aux anent, de petits poèmes fredonnés à voix basse ou récités mentalement.

    Du moins en était-il ainsi il y a quarante ans, lorsque l'anthropologue Philippe Descola partagea leur vie pendant trois années.

    Fasciné par son récit, Alessandro Pignocchi repart aujourd'hui sur ses traces.

empty