• Novembre 1941, Rommel décide d'attaquer Tobrouk, port en eaux profondes et position stratégique sur la méditerranée. Les Anglais ayant eu vent de ces préparatifs grâce au décodage des codes allemands, lancent l'opération Crusader. Trois semaines de furieux combats se livrèrent entre la frontière égyptienne et Tobrouk. Mais les allemands, sous équipés en matériel, furent repoussés au delà de la Cyrénaïque.
    Janvier 1942, Rommel ayant reçu des renforts, repasse à l'attaque.

  • Les allemands débarquent à Tripoli (Libye) le 14 février 1941 avec la 5ème division légère. La 15ème division blindée doit y débarquer 1 mois plus tard. La situation est critique et l'armée se met tout de suite en route (après un entrainement sommaire de 4 semaines) pour El-Agheila dans le but d'y chasser les anglais.
    Les anglais croyant les allemands bien plus nombreux qu'ils ne le sont en réalité, sont rapidement chassés d'El-Agheila.
    Le 4 avril Bengazhi est prise, laissant le champ libre à Rommel pour foncer sur Tobrouk. Ville côtière de grande importance stratégique, Tobrouk est une forteresse bien défendue et les allemands vont s'y casser les dents. Son grand port permet aux anglais de se ravitailler et d'y acheminer un matériel considérable. Qu'a cela ne tienne, Rommel partage ses forces et laisse une partie de son armée pour verrouiller la ville et fonce au delà de la frontière Egyptienne vers le col d'Alfaya, sorte de passe tenant la route côtière(Via Balbia) et la ville de Sollum. Les allemands ont donc réussis à chasser leurs ennemis de Cyrénaïque en 12 jours.
    Le 15 juin, les anglais se ressaisissent et montent l'opération Battleaxe.

  • Fin 1942. Ernst Kessler, ayant terminé sa formation de soldat au sein de la Wehrmacht, est envoyé sur le front russe. La réalité de cette guerre qu'il ne percevait qu'à travers les journaux se révèle brutalement toute autre. Il doit affronter non pas un ennemi, celui auquel il s'attendait, mais deux ! En effet, l'hiver russe s'avère un adversaire aussi redoutable que les Russes eux-mêmes.  Kessler et ses camarades se retrouveront projetés dans cette tourmente de fer et d'acier ou des milliers d'hommes ont perdu la vie, broyés par les innombrables machines de guerres mises en place par les deux camps.  Ces multiples facettes d'un même combat ôteront la jeunesse et les illusions du jeune soldat, lui révélant impitoyablement les pires horreurs que peut générer la nature humaine.

  • Août 1944. Les troupes allemandes sont repoussées vers l'Allemagne. Les ventres sont vides, les corps sont fatigués. Les longues colonnes de soldats sont impitoyablement massacrées par l'aviation soviétique maitresse des cieux. La politique de la terre brûlée n'a eu pour d'autres effets que de décupler la haine de l'ennemi.

    Février 1945. Dans une dernière tentative pour arrêter les russes, les allemands font sauter les ponts sur l'Oder, distant seulement de 90 km de Berlin. Le fanatisme de la SS pousse le peuple jusqu'a l'ultime sacrifice : les enfants sont enrôlés dans les troupes combattantes ! Le jeune Kessler a depuis longtemps perdu toute illusion concernant le sort de l'Allemagne. Les soldats sont face à un choix difficile : combattre les bolchéviques qui menacent Berlin et y trouver une mort certaine ou tenter de gagner le front ouest dans l'espoir de se rendre aux anglo-américains.

  • Fin 1942, Ernst Kessler ayant terminé sa formation de soldat au sein de la Wehrmacht est envoyé sur le front russe. La réalité de cette guerre qu'il ne percevait qu'à travers les journaux se révèle brutalement toute autre. Ernst Kessler doit affronter non pas un ennemi, celui auquel il s'attendait, mais deux ! En effet, l'hiver Russe s'avère un adversaire aussi redoutable que les Russes eux-mêmes.

    Ce premier tome retrace le périple de Kessler traversant la Russie d'Ukraine jusqu'à Stalingrad. Lui et ses nombreux camarades devront lutter tant contre l'ennemi, contre les partisans attaquant les colonnes de ravitaillement Allemande et contre un climat hostile et complice de la victoire Russe.

    Ces multiples facettes d'un même combat ôteront la jeunesse et les illusions du jeune soldat Kessler lui révélant impitoyablement les pires horreurs que peut générer la nature humaine.

    Un récit fort, un dessin réaliste et puissant.

  • Automne 1943, l'armée allemande commence son long repli vers la mère patrie. La défaite à la bataille de Koursk a laissé les troupes de la Wehrmacht exsangue. Les hommes fuient l'armée rouge que désormais plus rien ne pourra arrêter. Face à l'hiver qui se profile, Kessler et ses compagnons devront appliquer une politique censée ralentir l'avancée soviétique : la terre brûlée...

    Les troupes allemandes mettent en oeuvre la politique de la terre brûlée dans le but de retarder l'avancée russe en Ukraine. Quatre mois après le terrible engagement dans le saillant de Koursk, qui a laissé l'armée allemande exsangue, les troupes du 3ème Reich se replient inexorablement vers l'ouest, en laissant derrière elles une terre dévastée... Kessler et ses camarades se retrouvent sur le bord du fleuve Dniepr où tout est mis en oeuvre pour stopper l'avance soviétique vers l'Allemagne. Le découragement s'installe et le doute s'insinue dans les esprits : la guerre prend désormais une mauvaise tournure...

  • Le front de l'Est vue à travers les yeux d'un jeune soldat, ni un héros ni un salaud, de 1942 à la reddition allemande.

empty