• « Quand je regarde derrière moi, on dirait que je me raconte une histoire. Qui était cette enfant qui dormait avec les chats errants, qui réinventait sans cesse les vêtements et les objets, cette fillette qui ne jouait avec les autres enfants que lorsqu'elle pouvait les mettre en rang et leur faire la classe ? » Elle naquit à Rome le 18 août 1912, fut écrivain, poète et traductrice. Elle épousa Alberto Moravia en 1941, fut la première femme récompensée par le prix Strega avec L'île d'Arturo en 1957, et écrivit la monumentale Storia.

    Sublime et renversante, elle s'appelait Elsa Morante. Ce roman est l'histoire de sa vie.

  • Premier texte publié en coédition avec le musée des Confluences à Lyon dans le cadre de la collection "Récits d'objets". Simonetta Greggio a choisi une statuette inuite représentant un ours qui danse. Elle en tire un texte poignant et extrêmement documenté, dans lequel elle nous plonge dans le quotidien et la culture inuits. Elle y interroge notamment leur rapport aux animaux, par opposition au mode de vie moderne et occidental. Un texte d'une grande puissance émotionnelle, dans la lignée de «De pierre et d'os» de Bérangère Cournut et de «Croire aux fauves» de Nastassja Martin.

  • Découvrez Dolce vita - 1959-1979, le livre de Simonetta Greggio. Affaires de m?urs, scandales financiers, Brigades rouges, enlèvement et meurtre d'Aldo Moro, mort de Pasolini, intrigues au Vatican... Dessinant le portrait infiniment romanesque de l'Italie entre 1959 et 1979, Dolce Vita donne les clés de l'Italie d'aujourd'hui, celle d'un Berlusconi tragicomique. Le dernier Guépard, en la personne du prince Malo, confesse son histoire douce-amère, celle d'une aristocratie décadente, d'une fin de règne qui n'en finit plus, car un pays qui ne fait pas les comptes avec son passé est un pays qui ne cesse de le payer.

  • À travers la relation entre don Saverio, jésuite, héritier de la lignée Valfonda, et Aria, journaliste d'investigation à laquelle il confie ses secrets, ce roman raconte la fin de la dolce vita, l'implosion de la Démocratie chrétienne et du Parti communiste italien, et la montée en puissance du berlusconisme sur fond de mafia, d'argent sale et d'affaires troubles au Vatican. Mais aussi la merveille de cette terre où l'on sait encore sourire, sa beauté, ses héros au quotidien.

    « Ce que Simonetta Greggio a cherché à mettre en avant dans cette fiction, ce sont aussi bien les splendeurs que les misères de son pays natal, où la nostalgie de la grandeur n'a pas été éradiquée par les violences conjuguées du terrorisme et du gangstérisme prenant pour cibles les petites gens comme les élites récalcitrantes. » Nicolas Weill, Le Monde des livres.

    « Un livre coup de poing, entre roman et document, qui laisse un goût de cendres. » Alexis Liebaert, Marianne.

  • toute ma vie, j'ai aimé, bu, mangé, fumé, ri, dormi, lu.
    de l'avoir si bien fait, on m'a blâmée de l'avoir trop fait. je me suis bagarrée avec les hommes pendant plus de soixante ans. je les ai aimés, épousés, maudits, délaissés. je les ai adorés et détestés, mais jamais je n'ai pu m'en passer... la chaleur des hommes, qui m'a si bien enveloppée, ne fait que me rendre plus odieux ce grand froid qui avance. il n'y a pas de bras assez puissants pour m'en préserver, dans la nuit qui vient.
    s. g.

  • Entre 1968 et 1985, dans les douces collines de Toscane, le Monstre de Florence a sauvagement assassiné sept jeunes couples. Cet horrible fait divers a inspiré films et romans, dont Le Silence des agneaux. Mais le principal suspect est mort et le silence a recouvert toute l'histoire... Jusqu'au jour où filles et garçons recommencent à tomber, fauchés par un serial killer étrangement semblable à celui d'autrefois. Le Monstre est-il revenu ? A-t-on commis une erreur à l'époque ?
    Le capitaine des carabiniers Jacopo D'Orto mène l'enquête. Dans une course contre la montre, il fouille la fosse où la boue des mystères italiens s'est amassée. Depuis la Renaissance, le mal refait régulièrement surface dans ce pays. L'Italie actuelle paraît pourtant purifiée de ses secrets. Mais si, derrière les apparences, il n'y avait que chaos, violence et guerres de pouvoir ?
      Un roman surprenant et très puissant. Hubert Artus, Lire.
      Lumineux. Sandrine Mariette, Elle.

  • Paris, années 1960. Deux frères, Alexandre et Yann, aiment la même femme, Maria, rencontrée par hasard alors qu'ils sont tous les trois étudiants. Pendant plus de quarante ans, elle va être le pivot de leur vie et la spectatrice intime de ce triangle amoureux dans la capitale française, noyau politique, littéraire et artistique d'un pays en mutation. Alexandre, l'aîné, deviendra professeur de lettres, Yann, avocat, et Maria écrira des biographies. Bientôt, le mouvement pacifiste et hippie fera place aux paillettes du premier néolibéralisme puis aux différentes crises économiques, Truffaut tournera Jules et Jim, Lacan endoctrinera des cohortes de jeunes psychanalystes, Jankélévitch et Levinas croiseront Derrida, Deleuze, et même Lagarde et Michard. L'homme qui aimait ma femme est l'histoire belle mais terrible de ces quarante années d'amour - et de trahison.

    «Sur un air de Jules et Jim, une brillante géographie des sentiments.» Marianne Payot, L'Express.

  • Cinq histoires dont le point commun est une odeur de figuier sauvage, une senteur d'été, d'enfance, de nostalgie, un parfum de délicieuse mélancolie, comme une chanson qui ramènerait à une époque oubliée. Et cette odeur, suspendue sur la vie des personnages, est là pour leur rappeler que la joie est admissible et recevable, qu'elle est tout près, qu'il faut la respirer, y croire, la laisser planer et s'en envelopper.Coup d'essai, coup de maître. Quelques pages et nous voilà imprégnés de cette poésie d'ombre et de silence, où les phrases sont tantôt des couperets, tantôt des soupirs. Isabelle Bunisset, Sud Ouest.L'amour, la séparation, la douceur, les morsures du couple, la solitude éternelle et puis l'Italie d'hier à aujourd'hui, avec sa tendresse, sa gourmandise : Simonetta Greggio montre une fois de plus son talent de narratrice. Gilles Pudlowski, Le Point.

  • Quand tu étais petite, on t'appelait Nine, puis à un moment donné, pour tout le monde, tu as été Blue : la couleur du ciel dans la tête des gens, et le blues, la musique et la mélancolie. Tu étais un poulet rôti, une escarbille. Tu as fleuri d'un coup. Tu es devenue une femme, la plus belle. Tu t'es transformée sous les yeux de Marcus. Avant, il pouvait te manger la joue d'un baiser, sans arrière-pensées. Ensuite, il n'a rien désiré autant qu'entourer tes chevilles de ses deux doigts, tes poignets de son coeur en lanières, et ta taille d'un noeud de pendu.

  • Stella adorait quand gaspard faisait fondre dans un gaspacho des glaçons aux feuilles de basilic. et, quand elle avait de l'appétit, il lui composait des nourritures plus consistantes, jouant sur des associations de saveurs simples : des rondelles de pomme de terre tièdes sur lesquelles il avait amoureusement déposé des pétales de truffe, une noix de saint-jacques en carpaccio avec une larme d'oursin sur une feuille de roquette, arrosée de trois gouttes d'huile d'olive. fable moderne sous le soleil de provence, ode à l'amour et à la gastronomie, étoiles est suivi d'un carnet de recettes conçues par manuel laguens.

  • Emma, la quarantaine solitaire, est vétérinaire à la campagne. Giovanni, un adolescent fugueur de quatorze ans dont elle a autrefois connu les parents, resurgit dans sa vie. Petit à petit s'installe entre eux une histoire fiévreuse et tendre, mais quand Micol, la mère de l'adolescent, vient chercher son fils, tout vole en éclats. Les conséquences seront amères. Mais de quoi, et de qui, se venge-t-on ? D'un amour qui reste tabou ? Ou d'un passé dont les blessures ne se sont pas refermées ?

  • 1959. Le film de Federico Fellini, la Dolce vita, fait scandale en Italie, dans un pays pudibond tenu par l'Église ; il remporte la Palme d'or à Cannes en 1960. Son succès signe le début d'une ère pleine de promesses et de libertés qui rompt avec les années de pauvreté de l'après-guerre.
    1969. Une bombe explose à Milan et fait seize morts. C'est un massacre, le premier d'une longue série, qui voit le pays durablement endeuillé par les actes de terrorisme.
    2010. Le prince Malo se confie au prêtre Saverio. À quatre-vingts ans passés, il sait qu'il ne lui reste que peu de temps à vivre. Sa confession porte sur son existence dissolue, celle d'une aristocratie décadente, et les secrets hautement politiques qu'il a tus jusque-là. Il est l'un des derniers témoins des années les plus glamour et les plus sombres de l'Italie.
    Pourquoi et comment ce pays que nous avons tant aimé a-t-il basculé dans le rouge et le noir ?
    Livre d'investigation construit comme un scénario de film avec flash-back et plans séquences, Dolce vita est le roman de l'Italie entre 1959 et 1979. Affaires de moeurs, scandales financiers, Brigades rouges, enlèvement et meurtre de Moro, mort du réalisateur et poète Pasolini, Cosa Nostra, Vatican... Toutes les grandes affaires qui ont traversé ce pays durant vingt ans sont évoquées ici. Les événements éclairés, les liens occultes mis au jour. Dans la trame du récit se détache peu à peu un fil de sang tissé entre Vatican, Loge maçonnique déviée P2 et Mafia, tandis que se dessine l'ombre d'une autre puissance, l'Amérique, à laquelle l'Italie doit sa libération et un nouveau, plus discret, asservissement.
    Dessinant le portrait fascinant d'un pays voisin infiniment romanesque, Dolce vita donne les clés de l'Italie d'aujourd'hui, celle d'un Berlusconi tragicomique. Racontée par le dernier Guépard, son histoire a la saveur douceamère et le charme vénéneux d'une fin de règne qui n'en finit plus, car un pays qui ne fait pas les comptes avec son passé est un pays qui ne cesse de le payer.

  • La réussite garantie ! Une méthode complète qui vous permet d'apprendre tous les aspects de la langue italienne : compréhension et expression orale, grammaire, vocabulaire, mais aussi les trucs et les astuces pour parler la véritable langue. Une méthode Nathan spécialement conçue pour répondre aux difficultés des francophones. Simonetta Greggio parle d'abord en français, puis de plus en plus en italien, dans une langue moderne et simple. Vous atteignez rapidement le niveau B1 du Cadre Européen de Référence des Langues. Un coach motivant ! Tout au long de votre apprentissage, Simonetta Greggio vous accompagne pas à pas, vous stimule et vous encourage. Au fil de ses cours, et au son de sa voix enthousiaste et typiquement italienne, vous apprenez et progressez en toute confiance. Une méthode pratique ! Les 8 CD audio sont tous podcastables et convertibles en fichiers MP3. Des séances courtes de 10 minutes vous permettent d'apprendre à votre rythme.

  • En Italie, la ligne la plus droite entre deux points est l'arabesque. Il faudra un jour étudier l'importance du baroque sur le peuple italien, comme le disait Ennio Flaiano. La criminalité s'y décline en trois composantes : attentats et massacres à des fins politiques, corruption transversale à tous les niveaux, différentes mafias. Qui a tiré les ficelles ? La réalité est complexe, insaisissable, perverse. À travers la relation entre don Saverio, jésuite, héritier de la lignée Valfonda, et sa petite-nièce Aria, journaliste d'investigation à laquelle il confie ses secrets, ce roman raconte la fin de la dolce vita, l'implosion de la Démocratie chrétienne et du parti communiste et la montée en puissance du berlusconisme sur fond de mafia, d'argent sale et d'affaires troubles au Vatican. Mais aussi la merveille de cette terre où l'on sait encore sourire, sa beauté, ses héros au quotidien. Dans cette Italie sublime et tragique Silvio Berlusconi a débarqué sur la scène politique comme surviennent les grandes pestes. Jugé inéligible en 2014, le vieux caïman n'est pas mort. Faisant suite au très remarqué Dolce Vita 1959-1979, Simonetta Greggio signe avec ces Nouveaux Monstres le roman de l'Italie des trente-cinq dernières années.

  • " Quand tu étais petite, on t'appelait Nine, puis à un moment donné, pour tout le monde, tu as été Blue la couleur du ciel dans la tête des gens, et le blues, la musique et la mélancolie.
    Tu étais un poulet rôti, une escarbille. Tu as fleuri d'un coup. Tu es devenue une femme, la plus belle. Tu t'es transformée sous les yeux de Marcus. Avant, il pouvait te manger la joue d'un baiser, sans arrière-pensées. Ensuite, il n'a rien désiré autant qu'entourer tes chevilles de ses deux doigts, tes poignets de son coeur en lanières et ta taille d'un noeud de pendu. ".

  • Parcourir le Languedoc-Roussillon. c'est déjà faire un voeu de bonheur. Il faut le faire le pied léger, chaussé d'espadrilles, divine chaussure qui naît ici, que l'on trempe dans l'eau de mer et que l'on perd sur les chemins talqués de poussière. Des plateaux herbeux de l'Aubrac aux forêts et rivières de la Margeride, le culte de l'essentiel et l'équilibre avec la nature prennent tout leur sens. Et lorsque les Pyrénés rencontrent la Méditerranée, ils respirent le même air catalan.
    Autour des étangs, le monde lagunaire des cabanes, envoûtant et obscur, tout en parfums salins et en puissantes odeurs de terre et d'herbe, se ferme jalousement sur ses secrets. L'étonnante garrigue, on ne peut l'évoquer sans que sous la langue viennent des goûts de résine, sous le nez des odeurs de terre grillée, d'herbes brûlées par le soleil. Le littoral égrène un chapelet de plages de sable, ponctué d'églises, de sites anciens et de stations balnéaires.
    L'architecture, de l'humble mazet à la folie Renaissance, reste le témoin des modes d'exploitation et des sociétés, et restitue les techniques anciennes, issues des traditions et de la sagesse populaire.
    Tout cela est raconté dans ce livre, par longs traits, comme on boit du vin lorsqu'on a soif. Ce n'est pas un livre qui parle de tout : il suscite plutôt des rencontres, donne corps aux envies, se faufile sur les chemins et ouvre grand les yeux, étonné le premier de tant de beauté.

  • La Provence

    Simonetta Greggio

    En parcourant les routes de Provence, l'auteur et le photographe ont découvert des lieux cachés qu'ils ont su nous faire découvrir à travers des chemins de découvertes : l'art roman, les peintres, les saveurs, les jolis villages, les bords de la Méditerranée, Giono et la Provence antique. Soit sept itinéraires qui résument toute la Provence.
    Le plus : un cahier illustré de 16 pages complète désormais les ouvrages de cette collection. Il comprend un calendrier des principales festivités de la région, les principaux lieux à visiter et les coordonnées des comités départementaux de tourisme et des offices de tourisme. Le cahier joint à cet ouvrage sera celui de Provence-Alpes-Côte d'Azur.
    Cet ouvrage fait partie de la refonte de la collection, avec un nouveau format et une nouvelle couverture.

  • Adrien a décidé de mourir. Quadragénaire, célibataire sans enfant, il a perdu le goût de vivre. Alors qu'il s'apprête à avaler un mélange de médicaments, il repense à Nina, son amour d'enfance et d'adolescence, qu'il n'a jamais cessé d'aimer. Repoussant son suicide d'un soir, puis d'un autre, il lui écrit une lingue lettre qui devient, au fil des nuits, une bouleversante déclaration d'amour. Adrien avait toujours rêvé de devenir écrivain. Il lui aura fallu attendre cet instant ultime pour oser écrire. À bout de forces mais apaisé, il finit par passer à l'acte et tombe dans un coma profond. Il ne se doute pas que ses mots vont bouleverser plusieurs existences. Frédéric Lenoir et Simonetta Greggio signent un roman à quatre mains qui nous plonge dans l'absolu et la simplicité de l'amour qu'on cherche toute sa vie.

  • En parcourant les routes de Provence, l'auteur et le photographe ont découvert des lieux cachés qu'ils ont su nous faire découvrir à travers des chemins de découvertes : l'art roman, les peintres, les saveurs, les jolis villages, les bords de la Méditerranée, Giono et la Provence antique. Soit sept itinéraires qui résument toute la Provence. Couverture : le village de Gordes

empty