Humour

  • Ce livre serait une promenade joyeuse, drôle, iconoclaste dans nos souvenirs, nos émotions aussi futiles que solides. Faire des ricochets au-dessus de la rivière, des cocottes en papier, des canulars, s'interroger sur la fossette de Kirk Douglas, la coiffure du président Giscard d'Estaing, l'expression « peigner la girafe », se rappeler les petits trains électriques, la guitare de Tino Rossi, les télégrammes de première et les speakerines de la télévision...
    Ce serait un livre impossible, tant la notion d'inutile est sujette à caution. L'homme est-il plus utile que la langouste ? La pomme de terre est-elle plus indispensable que le liseron ? L'idiot du village moins nécessaire que le membre de l'Institut ?
    Ce serait un livre qui musarderait, vantant les mérites de la grasse matinée et des contrepets dans les discours des ministres, le plaisir d'écouter la météo marine quand on est sous la couette, la virtuosité des joueurs de yoyo.
    Un livre aussi indispensable qu'inutile.

  • 35 ans (dont 15 avant internet) Nouv.

    Avec l'autodérision et la lucidité qui la caractérisent, Nora continue d'explorer l'époque et d'en subir les absurdités.
    Des cigarettes en chocolat à la clope électronique, du Nokia 3310 à l'Iphone, de Snake à Instagram, elle nous livre le récit de son passage à l'âge adulte sans passer par la case Tinder.
    Partagée entre l'envie d'avoir des likes et la nostalgie du temps d'avant les réseaux sociaux, elle se demande comment évoluer sereinement dans un monde où tout ce qui nous entoure n'existait pas au moment de se construire.
    Parfois mélancolique, souvent acide et toujours drôle, Nora dresse un portrait-robot sans fard de nos névroses à tous.

  • « Je file à mon déjeuner au Ritz. Je vous laisse gérer la crise, je reviens vers 16 h. » « On a un mégadrame avec un VIP qui refuse de monter dans la voiture parce que c'est une diesel. » « J'avais tellement faim j'ai oublié d'instagrammer mon repas. » « Elle est de quelle origine ?

    Conne. »

    Ajouter au panier
    En stock

    1 autre édition :

  • L'air du temps façon François Morel, c'est une centaine de chroniques mordantes, salutaires, souvent assassines, toujours réjouissantes.
    Un ministère du Rire en France ?
    Des conseils pour lutter contre la gueule de bois ?
    Et pourquoi pas un hymne au camembert ?
    Chaque vendredi matin sur France Inter, François Morel récidive. Quelques minutes pour croquer l'époque dans ce qu'elle a de pire, et parfois de meilleur. Quelques minutes pour rire de tout, sans limites, et se consoler de la bêtise.

    Chroniques inédites de François Morel ;
    Illustrations de François Boucq ;

  • Garder le cap

    Sempé

    En feuilletant les pages de cet album, nous sommes comme chaque fois incroyablement touchés par la délicatesse du trait, la subtilité et la mélancolie de l'esprit de Sempé. Se dégage aussi des dessins une forme d'élégance morale, discrète et toujours amusée.
    La plume de Sempé traduit sa vision tendrement ironique de nos travers et des travers du monde. Dans ce livre, on retrouve le meilleur de l'humour fin, subtil et allusif, allié à un formidable sens du dérisoire, qui caractérise toute l'oeuvre de Sempé.
    Observateur incomparable de nos vies quotidiennes, Sempé réunit ici ses meilleurs dessins inédits.

  • Dans ce deuxième numéro d'Icônne, Natoo reprend son clavier pour s'amuser une nouvelle fois avec les codes de la presse féminine. Son objectif : rire avec intelligence des diktats imposés aux femmes par la société et s'en affranchir avec humour.

    Dans cette seconde édition, découvrez :
    - La Teckcovid, le retour tant attendu de la Tecktonic dans le respect des gestes barrières.
    - La HESS : Haute École supérieure du stalking, qui vous formera afin de tout apprendre sur vos ex.
    - Caddie B, la rappeuse qui joue dans la cour des grandes surfaces.

    Et bien d'autres articles et fausses pubs !

    LE LIVRE QUI SE PREND POUR UN MAGAZINE.

  • Le tout va bien 2021

    Collectif

    L'année 2020 aura été des plus périlleuses. Pourtant, et tant qu'on ne le fait pas avec n'importe qui, rien ne nous empêche d'en rire et de terminer cette année sur une note positive. Cette nouvelle édition du Tout va bien montre que, au fil des ans, les hommes demeurent d'une créativité débordante, avec un florilège des titres de presse les plus délirants de l'année écoulée. Reflets d'une société absurde, drôle, tordue, sensible, dérisoire, ces titres frisent la poésie et brossent le portrait de notre époque, de son quotidien et de ses excès.

    À l'occasion de cette nouvelle édition 2021 du Tout va bien, l'équipe du Tripode a choisi de donner une dimension encore plus internationale à son anthologie des faits-divers les plus absurdes de l'année écoulée en puisant dans les dépêches de l'Agence France-Presse, plus connue sous son acronyme de AFP.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Impossible d'imaginer un livre plus salvateur pour se soigner contre les méfaits de l'époque ! Ces « Prises de bec », rubrique phare du Canard enchaîné, illustrent à merveille l'art de la satire exercé depuis plus d'un siècle par le plus célèbre des palmipèdes. Ces chroniques hebdomadaires, à la fois impertinentes et informées, nous racontent la vie politique et intellectuelle de la France et du monde depuis huit ans dans un style jubilatoire et d'une réjouissante liberté de ton. D'Emmanuel Macron à Joe Biden en passant par Benoît Hamon, Erdogan, Boris Johnson, Donald Trump et bien d'autres encore, ces portraits, illustrés par le dessinateur Kiro, mettent à nu les personnages dont l'auteur s'empare. La vérité profonde de ces hommes et femmes en quête de renommée éclate au grand jour sous cette plume amusée, jamais cruelle mais pleine de verve. L'auteur utilise ses talents de journaliste pour les saisir sur le vif dans leur vérité du moment et traquer aussi en eux les traits définitifs. Anne-Sophie Mercier nous fait sourire ou rire ; par son acuité journalistique, elle nous informe sur la farandole des ambitions dans la vie publique. Le Canard incarne ainsi le meilleur de la satire lorsqu'elle est animée par le goût de la liberté et du dire-vrai sans s'embarrasser des convenances ou des complicités qui trop souvent conduisent à dissimuler la vérité. À lire sans masque et à gorge déployée.

  • Est-il permis de rire d'une tragédie ? Pour Clémentine Mélois, la réponse est oui. Pendant les deux mois du confinement entraîné par le Covid-19, au jour le jour, elle a fixé en images pleines d'humour et de poésie ses réactions face à l'actualité baroque de ce moment qui s'est cru scientifique.
    Fameuse pour ses irrésistibles détournements de couvertures des classiques de la littérature revus et passés à la moulinette de la culture pop (Cent titres, Grasset 2014), la plasticienne et écrivaine nous livre une chronique irrésistible. On y rencontrera, entre autres, un Laurent Delahousse en détresse capillaire, un paquet de chewing-gums goût chloroquine, un ticket de concert pour assister au discours télévisé d'Emmanuel Macron ou un vinyle du célèbre Alain Gestes Barrière...
    Drôle et décalé, inquiet et parfois mordant, tendre et toujours désopilant, ce Bon pour un jour de légèreté nous rappelle que l'humour est la meilleure façon de rapprocher les êtres humains en ne mettant à distance que l'angoisse !

  • Ce petit livre au style rétro -et au graphisme léché- regorge de maximes, dictons, jeux de mots, réclames publicitaires et autres saillies drolatiques... Fous rire garantis !

    Quand Auguste Derrière et Prunelle de Mézieux reprennent la plume ensemble, c'est pour écrire sur le thème -à la folie- de l'amour...

    Dans ce nouvel opus, ils récoltent ce qu'ils s'aiment : de nouveaux bons mots illustrés : «Mieux vaut rouler une pelle que prendre un râteau», «Les cosmonautes ne pensent qu'à l'orbite», mais aussi des reprises cultes : «La femme s'épile quand l'homme s'efface», «La promise cuitée gâche le mariage», des petites annonces : «Châtelain cherche femme prout-prout amatrice de Pécharmant», ... Sans oublier les célèbres réclames publicitaires pour «Les Miches Libedish» ou «La symphonie en rut majeur».

    Ajouter au panier
    En stock
  • Les six fonctions du langage Nouv.

    Voici un roman-photo comme vous n'en avez jamais vu. Jalousies, trahisons, bagarres, cafés gourmands, photocopieuses en panne et tendres baisers: Clémentine Mélois, plasticienne, écrivaine et membre de l'Oulipo, connue pour ses détournements de classiques de la littérature revus et passés à la moulinette de la culture pop (Cent titres, Grasset 2014) s'empare du très populaire roman-photo pour étudier le langage dans toutes ses fonctions. Au fil de dix-huit histoires hilarantes, on découvrira des hommes et des femmes en proie à toutes les dépravations lexicales, des employés de bureau désorientés, un agent immobilier malmené, un catcheur mexicain, des pantalons pattes d'éléphants et même un certain Roland Barthes.

  • L'écologie

    Plonk Et Replonk

    À côté de leurs élucubrations loufoques, Plonk & Replonk portent un regard caustique et tout aussi burlesque sur l'actualité. C'est ainsi qu'ils nous font partager leurs interrogations et nous livrent leurs solutions sur des questions environnementales. L'absurde irrationnel et le paradoxal ne sont-ils pas déjà dans nos comportements quotidiens face au dérèglement climatique ? On s'amuse beaucoup tout en s'interrogeant sur quelques questions fondamentales : le coût économique du réchauffement climatique illustré par la fonte des glaces, mais il s'agit de glaces à deux boules ; le rôle des réunions internationales sur le climat tournées en dérision. La collapsologie s'illustre sous la légende : « Homo sapiens, dernier solde avant liquidation ». On y voit un essayage de costume d'homme grenouille type scaphandrier dans un magasin de prêt-à-porter.

  • La mer

    Plonk Et Replonk

    Plonk & Replonk nous donnent une vision très personnelle du voyage en paquebot ou des vacances à la plage, en revisitant comme à leur habitude un thème abondant de la carte postale ancienne : la mer, et tout ce qui s'y rapporte. Début de siècle : la croisière s'amuse et prend ici une nouvelle tournure. On s'embarque dans des situations des plus cocasses : accoudés avec les derniers survivants au bar du Titanic ou traversant la « mer des soupes » (passage du Tropique des Légumes). Autre lieu, autre époque : dans les années 1950, sous un soleil du mois d'août, on pratique le ski nautique à la rame ou on garde quelques mauvais souvenirs des effets d'un trop plein de sangria gratuite.

  • Gurb a disparu dans Barcelone, dissimulé sous les traits de Madonna. Précision : Gurb est un extraterrestre. Parti à sa recherche sous une apparence moins voyante, son coéquipier tient scrupuleusement le journal de ses observations. Une satire délirante et désopilante de notre monde moderne.

  • Le dico Coluche

    Coluche

    Malgré sa courte carrière (1974-1986), Coluche a marqué les esprits. En témoigne l'incroyable diversité de l'héritage qu'il nous laisse, à la fois drôle, tendre et généreux.

    Parti de Montrouge, ville ouvrière de banlieue parisienne, sans un sou ni le moindre espoir de réussite, il a battu le record de vitesse du rire et terrassé l'adversité.
    Pêle-mêle, il aura demandé à la caissière du cinéma de Montrouge comment faire pour devenir comédien (véridique !), construit son théâtre[MP1] (le Café de la gare), et fini avec le César du meilleur acteur. Il se sera déguisé en femme pour épouser un homme et présenté à l'élection présidentielle comme n'importe quel citoyen devrait pouvoir le faire. Il est passé de la misère aux plus gros salaires de la radio et du cinéma, avant de fonder les Restos du Coeur.
    Était-il génial ? De son vivant, non. Mais depuis qu'il est mort, oui ! Tellement même, qu'une dame m'a dit un jour : « Ton père, il aurait mérité d'être juif ! » Juif, je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c'est qu'il aurait bien mérité d'avoir une deuxième vie, tant la première fut réussie.
    À la question : « Si vous aviez trois voeux à formuler... », il répondait : « Ben... une baguette magique, une deuxième baguette magique et... une troisième baguette magique... de couleurs différentes ! » Son rêve à lui, ç'aurait été de continuer.

    De A comme « Acte de naissance » à Z comme « Zorro », vous trouverez dans ce livre les armes avec lesquelles il a su franchir toutes ces frontières, celles qu'il préférait : le langage, le rire et le coeur.

    Romain Colucci ;

    ANNONCE ;
    Nous, Colucci Michel, dit Coluche, organisons un grand concours de chèques à mon nom. Le plus gros a gagné.

    ZÈLE ;
    Une dame qui avait porté plainte dans un commissariat pour le vol de son sac a retiré sa plainte : elle a retrouvé le sac. « Dommage », ont dit les policiers. Ils avaient déjà fait avouer deux Arabes.

  • La bêtise est avant tout la sienne propre : on est toujours plus bête qu'on ne le voudrait. Mais s'en rendre compte est déjà un moyen de la surmonter. Comment toutefois faire face aussi à la bêtise en groupe ? institutionnelle ? professionnelle ? Celle qui est arrogante et sûre d'elle ? celle qui est véhiculée, divulguée, propagée ?
    En quelques tutoriels efficaces et imparables, François Rollin déjoue les manoeuvres et manipulations de la bêtise, la sienne d'abord, celle des autres, avec un peu moins d'espoir de réussite. En quelques chapitres aussi désopilants que parfaitement sérieux, François Rolin identifie l'ennemi, propose des parades, met au point une méthode. Ces formules font mouche : elles font rire, certes, mais elles contiennent des vérités que ne renieraient pas les meilleurs des philosophes. Ce livre se situe ainsi dans l'esprit des Dictées loufoques du Pr Rollin (éd. La Martinière) mais aussi dans la lignée de l'humour singulier du roi Loth de la série Kaamelott, tout en proposant un véritable diagnostic de la bêtise, dans ses différentes facettes (sottise, balourdise, ignorance, naïveté... ).

  • Rendez-nous la liberté d'esprit, l'insolence, l'irrévérence !
    Il y a, peut-être, un léger parfum de nostalgie dans cet ouvrage collectif qui revisite la culture et les médias des années 1970 à aujourd'hui.
    Mais loin d'être une apologie du « c'était-mieux-avant », c'est avant tout un catalogue illustré, drôle et ravageur, à l'usage des générations présentes et à venir. Un cocktail subtil et subversif qui fait pleurer de rire pour mieux faire réfléchir. L'héritage, à transmettre urgemment, de l'audace et de l'incorrection à la française.
    Et quels meilleurs représentants que Hara-Kiri, Charlie Hebdo, Desproges, Coluche, et bien d'autres encore, pour illustrer cette précieuse liberté de ton ?
    Le cinéma, la publicité, la musique, la télévision ne sont pas en reste. Bref, toutes les sphères que cet esprit insubordonné s'est amusé à bousculer sont représentées.
    Un ouvrage réalisé avec l'aide malicieuse de Nicolas Bedos, Benoît Delépine, Gustave Kervern et Jean-Yves Lafesse, pour ne citer qu'eux.
    Incorrects toujours !

  • De l'art ? De la littérature ? De l'humour ? Les trois mon lapin !

    Le peintre Didier Paquignon est de retour en 2020 pour nous proposer une nouvelle anthologie de faits divers illustrés par des reproductions de monotypes. Tout va bien mon lapin ? est une récidive du Coup du lapin. Et c'est toujours aussi drôle.

  • Raoul Taburin

    Sempé

    Raoul taburin, l'illustre marchand de cycles de saint-céron, cache un terrible secret : il n'a jamais réussi à tenir sur une selle.
    Son talent de réparateur lui vaut cependant de solides amitiés : sauveur bilongue, vainqueur d'une étape du tour de france, le père forton qui lui cédera son fonds de commerce et surtout hervé figougne, le célèbre photographe. mais voilà que celui-ci demande à raoul de poser pour lui, à vélo, sur une route bordée de précipices.

    3 Autres éditions :

  • Mascarade

    Laurent Gerra

    Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'année aura été mouvementée, entre les manifestations contre la réforme des retraites, la pandémie de Covid, le confinement, le déconfinement et le remaniement - sans oublier la disparition de Jacques Chirac, les frasques des Balkany, les colères de Greta Thunberg, les cinq-contre-un de Benjamin Griveaux, les polémiques des César, les intuitions brillantes de Donald Trump et les rebondissements des élections municipales. Une drôle d'année en dents de scie, pleine d'outrances et de dévouement, de mascarades et de solidarité, durant laquelle, plus que jamais, il était bon de rire.
    Avec Laurent Gerra et sa bande de confinés - qui auront fêté cette année la 3 000e matinale de RTL - retrouvez les fables de Fabrice Luchini, les aventures des Sinoks, les croisades de Philippe de Villiers, les remèdes du Pr Raoult et les gueulantes de Gérard Depardieu.

    Le meilleur des chroniques de Laurent Gerra, chaque jour sur RTL dans la matinale d'Yves Calvi.

  • Maître de l'humour décalé et absurde, Robert Benchley (1889-1945) est l'un des écrivains les plus drôles qu'ait produit l'Amérique.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Tu ne me connais pas pour la simple et bonne raison que je n'existe pas. Je suis un faux philosophe. Un philosophe inventé de toutes pièces par un auteur prétentieux qui se permet de dire ce que je pense ou ce que je fais.

    Je me nomme Héractète. Un nom qui te permettra de me citer avec beaucoup de crédibilité : « Comme dirait Héractète... » et c'est toute la sagesse antique qui vole à ton secours dans une conversation où tu te trouves, il est vrai, à court d'arguments. Qui ose contredire un philosophe antique ? Dans ta tête, je porte une toge et des sandales, mais je préfère largement le survêt coton et le tee-shirt un peu sale. En revanche, je me passe de barbe, ça fait trop hipster.

    Ce livre est un carnet de pensées couchées sur papier au gré de mes inspirations : des réflexions, des aphorismes comme les philosophes aiment à les appeler, même si, dans le monde actuel, on parle plutôt de vannes ou de punchlines.

    Tu peux le commencer par le milieu ou la fin, peu m'importe. Après tout je n'existe pas alors de là à avoir une influence sur tes choix...

    Si tout cela ne te plaît pas, ferme ce livre et donne-le. Moi, Héractète, je suis le philosophe qui n'existe que dans la tête de ceux qui veulent bien m'y laisser entrer.

  • Maître de l'humour décalé et absurde, Robert Benchley (1889-1945) est l'un des écrivains les plus drôles qu'ait produit l'Amérique.

    Ajouter au panier
    En stock
  • Ne dites jamais

    Collectif

    À un enterrement, ne dites jamais : « À ton avis, y a des gens qui ont déjà pécho son appart ? Parce que ça m'intéresse... » Dans un tribunal, ne dites jamais : « Franchement, si O. J. Simpson s'en est tiré, t'as pas à t'en faire. » Lors d'un premier rencard, ne dites jamais : « Ça te dérange pas si j'emmène mon fils ? » À votre belle-famille, ne dites jamais : « Votre fils, c'est une bête au lit ! » À un professeur, ne dites jamais : « J'adorerais quitter le boulot à 16 heures tous les jours moi aussi. » Et ne dites jamais, au grand jamais : « Tu ferais mieux de t'asseoir. »

empty