Peter Lang

  • Alors que ce n'est qu'à partir des années 1950 que le projet européen se traduit dans les institutions et dans les politiques, l'idée européenne, suscite déjà, et ce, dès l'entre-deux-guerres, de multiples initiatives. Cet ouvrage issu d'une thèse de doctorat, souhaite apporter une contribution originale à la connaissance des courants européistes qui fleurirent dans la Belgique des années 1920 et 1930. Fondé sur l'exploitation de sources multiples et inédites, il révèle la richesse insoupçonnée des projets et des mouvements engendrés dans le contexte de l'Europe de Versailles. Invitant à découvrir l'Europe telle que la conçurent la génération de la guerre et celle de la crise à travers leurs cadres mentaux, chronologiques et géographiques, cette étude met en lumière le rôle des cercles, des milieux ainsi que des moments-clés. Elle place enfin l'accent sur les lieux qui de Genève à Vienne et Paris, puis de Bruxelles à Berlin, incarnent l'européisme de l'époque.

  • Cet ouvrage regroupe les textes présentés lors du colloque international « Grandes » et « petites » langues et didactique du plurilinguisme et du pluriculturalisme. Modèles et expériences qui s'est tenu à Paris, en juillet 2006 dans les locaux de la Sorbonne, à l'initiative de l'Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO). Il s'agissait de mobiliser internationalement les acteurs concernés par une réflexion sur une didactique du plurilinguisme et du pluriculturalisme en construction en Europe. En se donnant pour objet d'identifier les modèles didactiques et leur circulation d'une langue à l'autre, ces travaux interrogent, chacun selon l'angle spécifique de son terrain, de son contexte ou des pratiques analysées, ce que le sens commun désigne par « grandes » et « petites » langues. Celles-ci sont appréhendées ici en tant que représentations sociales et catégorisations qui fluctuent au gré des histoires nationales, des renversements géopolitiques et des visions du monde traversées par les profondes mutations résultant de la mondialisation.

  • A l'heure où le théâtre s'interroge sur sa place dans une culture de masse dominée par l'industrie du spectacle, l'oeuvre de Dubillard descend en lui-même pour sonder tout ce qui ne va plus de soi, tout ce qui aurait pu aller sans dire lorsqu'un auteur dramatique contemporain, par comédiens et personnages interposés, s'adresse à un public: les liens qui le relient à sa propre histoire de sujet, à ses précurseurs, aux mots qu'il emploie, aux matériaux de la communication dramatique, aux spectateurs présents et futurs. En démontant si parfaitement les mécanismes de la création, le théâtre de Dubillard nous parle à la fois de lui-même et de sa relation à tout le reste. S'appuyant sur la sémiologie et la psychanalyse, ce livre propose une lecture ambitieuse de l'oeuvre de Dubillard, une étude se plaçant dans l'espace potentiel entre le texte et sa représentation.

  • L'accueil des enfants de la naissance à 7 ans a connu une progression quantitative importante ces dernières années et la question des conditions d'un tel accueil a suscité de nombreux débats. Si, au niveau international, les approches issues de la psychologie dominent pour expliquer ce phénomène, il existe dans le monde, et particulièrement en Europe, de profondes différences entre les pays quant à la définition de la qualité de l'éducation à offrir aux jeunes enfants. C'est dans ce contexte que de nouvelles approches, de nouveaux paradigmes ont vu le jour. Ces perspectives qui renouvellent singulièrement notre vision de l'éducation préscolaire sont actuellement largement diffusées en anglais. Cet ouvrage souhaite mettre ces différentes approches à la disposition des lecteurs francophones. Il leur offre un accès à la pensée critique contemporaine développée par des auteurs anglophones qui jouent un rôle majeur sur la scène européenne et internationale dans la recherche et les politiques de la petite enfance. La deuxième partie de l'ouvrage fait écho à la première avec des travaux menés par des chercheurs travaillant en français et apportant une perspective critique appliquée aux contextes dans lesquels ils vivent (Belgique, France, Italie).

  • Le 30 juin 1960, le Congo n'est plus une colonie belge mais un État indépendant. Rapidement, la riche province du Katanga fait sécession sous la conduite de Moïse Tshombe, ennemi politique du Premier ministre Patrice Lumumba, profitant de l'inertie d'une Belgique plus préoccupée par ses problèmes propres que soucieuse de ses intérêts en Afrique. Nombreux furent les Belges qui, de bonne foi, ont cru au succès de « la sécession du Katanga ». Un ensemble d'éléments permit d'y croire pendant quelques semaines : les attitudes du roi Baudouin et du gouvernement Eyskens allaient dans ce sens. C'était sans compter avec la prise de position négative des Nations Unies et des États-Unis qui souhaitaient bouter les Belges hors du Congo et surtout de ne pas exporter la Guerre froide en Afrique. Mais s'appuyant initialement sur le gouvernement de Patrice Lumumba, les Nations Unies allaient rapidement déchanter. Au départ, le Secrétaire général Dag Hammarskjöld fut persuadé que tous les ennuis qu'il rencontrait étaient dus à l'omniprésence des Belges. Une fois ceux-ci partis, pensait-il, tout rentrerait dans l'ordre. Il n'en fut rien : l'ONUC dut reconquérir le Katanga par la force des armes pour le compte du gouvernement congolais. Il fallut deux ans et demi, pour réduire les gendarmes katangais, chasser les mercenaires, au prix de nombreuses vies, et mettre fin à la sécession du Katanga. Les Européens restés sur place, souvent avec courage, seront quant à eux baptisés « Katangaleux ». L'auteur de cet ouvrage fut l'un d'eux. Ce livre leur est dédié et vise à les sauver de l'oubli.

  • L'esprit de croisade joua un rôle déterminant dans le rapprochement des aristocraties des deux rives de la Baltique. En effet, dès le milieu du XIIIe siècle, des nobles allemands émigrèrent en Suède, puis, au début du XIVe siècle, des familles originaires du Holstein, du Mecklembourg et de Poméranie s'y installèrent (van Kyren, Glysing). Cette émigration répondit aux besoins de la monarchie suédoise en conseillers, diplomates et mercenaires. L'intervention des princes d'Allemagne du Nord dans les affaires suédoises et l'arrivée d'Albert de Mecklembourg sur le trône de Suède en 1364 furent précédées par plus d'un siècle de contacts entre les noblesses allemande et suédoise.

  • Cet ouvrage est consacré à la reconstruction de l'histoire ancienne de la céramique dans le domaine bantou. Il s'appuie sur une analyse comparative du vocabulaire de la poterie en bantou et explore l'organisation interne et l'évolution historique des cinq principales catégories du champ sémantique: le travail de la poterie proprement dit, l'artisan, les matières premières, les différents types de produits finis et enfin les procédés et outils typiques de la chaîne opératoire céramique. L'approche associe l'onomasiologie et la sémantique diachroniques et aboutit à la reconstruction de plusieurs étymons dont la distribution des réflexes est représentée sur environ 40 cartes linguistiques. Les résultats obtenus sont confrontés d'une part aux modèles historiques et culturels de l'(ethno)archéologie, et d'autre part aux connaissances qui découlent de l'étude comparative d'autres vocabulaires techniques. Dans un cadre plus général, l'ouvrage envisage l'approfondissement de la méthode Mots et Choses (Wörter und Sachen) pour l'exploitation de données lexicales dans la reconstruction de l'histoire des sociétés dépourvues de traditions écrites anciennes et de vestiges iconographiques.

  • La thématique générale de la Didactique du français langue étrangère et seconde dans une perspective plurilingue et pluriculturelle est apprendre, enseigner et travailler avec le français et en français dans un environnement plurilingue et pluriculturel. Cet ouvrage a pour objectif de définir et délimiter la place du français langue étrangère et des échanges francophones dans les sociétés plurilingues et pluriculturelles du XXIème siècle, dans le domaine académique et dans le domaine professionnel. Les différents articles proposent donc à la fois les fondamentaux de la didactique du FLE/FLS, une réflexion sur les contextes d'enseignement du FLE/FLS et sur les aspects socioculturels liés à l'enseignement/apprentissage du FLE/FLS. Il s'adresse aux enseignants de langue, formateurs en langues, formateurs de formateurs (HEP), conseillers pédagogiques, inspecteurs pour la langue ... et médiateurs linguistiques et culturels, dans des structures de formation nationales et internationales, du secteur public, privé et parapublic.

  • Instaurée par une conception homogène de la nation, l'école est trop souvent adepte de la langue unique et magistrale et le plurilinguisme y trouve rarement une place légitime. Dans de nombreux pays toutefois, plusieurs langues se côtoient et s'entrechoquent, jusque dans la salle de classe. Ces territoires qui, de fait, embrassent des normes plurielles, fondent alors des contextes éducatifs sensibles, car les élèves n'y comprennent pas toujours la langue du maître. Or le monde est en train de découvrir et de légitimer la multiplicité de ses langues. Poser que la diversité linguistique dans la salle de classe ne doit plus être un facteur d'échec est urgent. Enseigner en admettant la grammaire et les mots de l'autre est une nécessité. En février 2004, une vingtaine de chercheurs spécialistes des îles de l'Océan Indien, des Antilles et de la Guyane, mais aussi d'Europe et d'Amérique, se sont retrouvés à l'Université de La Réunion pour envisager comment gérer le plurilinguisme à l'école. La présente publication rend compte de l'originalité de leurs travaux sur les politiques linguistiques et les démarches éducatives que ces situations requièrent, dans l'attention la plus pointilleuse aux enjeux du présent.

  • Le dénominateur commun des contributions réunies ici est une certaine vision des processus évolutifs repérables dans les variétés du français en Afrique. Une telle manière d'observer et, dans la mesure du possible, d'expliquer les changements linguistiques survenus dans cette partie immense de la francophonie provient des recherches d'Ambroise Queffélec, maître à penser de nombreux auteurs du présent ouvrage. Les contributions sont dédiées en hommage à cet ami, collègue ou directeur de thèse, décédé en 2013. Elles reprennent et développent les grands thèmes de ses recherches : contacts entre le français et les langues africaines, formation de parlers mixtes, effets de l'arrière-plan socioculturel sur l'évolution linguistique.

  • Au milieu des années 1930, dans une des périodes les plus sombres de l'histoire des relations sino-japonaises, un petit groupe de Japonais passionnés par la littérature chinoise moderne se constitua autour de Takeuchi Yoshimi (1910-1977) et Takeda Taijun (1912-1976). En rupture avec les études chinoises traditionnelles (kangaku), ces jeunes sinologues se détournèrent des classiques pour mieux appréhender une Chine contemporaine qui n'était alors qu'un objet de mépris pour la majorité de leurs compatriotes. Pour ces jeunes passionnés, désireux de promouvoir l'amitié sino-japonaise, l'invasion générale de la Chine par le Japon en juillet 1937 sonna le glas de leurs espoirs et les plaça dans une situation délicate. Comment concilièrent-ils leur statut d'agresseur avec leur attachement à la culture des victimes ? Quel sens donnèrent-ils à cette guerre ? A travers l'itinéraire insolite de Takeuchi Yoshimi et de Takeda Taijun, entre autres, contraints d'aller combattre ceux dont ils s'efforçaient de devenir les amis, ce livre aborde un aspect encore méconnu des relations sino-japonaises du 20ème siècle.

  • Engager une réflexion sur le « discours » publicitaire, c'est poursuivre une approche qui diffère sensiblement tant des approches linguistiques plus traditionnelles que des approches sociologiques, psychologiques ou encore centrées sur le marketing. L'analyse du discours telle qu'elle est menée ici privilégie quatre domaines : la sémiotique de l'image, la linguistique du texte, la linguistique du discours et le champ de la poétique. L'auteur dresse d'une part un panorama général des genres publicitaires et tente de répondre à des questions s'y rapportant. L'annonce publicitaire est-elle réglée par des normes spécifiques à un genre publicitaire ? Comment appréhender la diversité des pratiques publicitaires ? De quelle(s) manière(s) se distingue une publicité commerciale d'une affiche électorale, d'une publicité rédactionnelle ou encore d'une publicité en situation de communication de crise ? L'auteur observe d'autre part que les annonces publicitaires sont très souvent tributaires de textes et de genres importés. Il s'interroge sur la façon et les raisons qui motivent la publicité à recycler et vampiriser la culture qui l'entoure. Il explore cette dimension en appliquant à la publicité les notions d'intertextualité et d'hypertextualité.

empty