À propos

Pendant les six années nécessaires à la composition de la trilogie Toxic, Charles Burns développe un incroyable univers de ses trois ouvrages.
Planches inédites, couvertures fictives de comics, photographies, pages de mangas imaginaires, ou encore l'invention d'un alphabet insolite viennent accentuer les reliefs de cette histoire sans précédent.
Rassemblés en une édition, ces travaux sont autant de clins d'oeil et de références croisées tout au long du parcours de Doug - personnage principal de la trilogie - et qui sont ici donnés à voir dans leur globalité. Last look multiplie ainsi les allers-retours avec Toxic, La Ruche et Calavera, entrelaçant les fines frontières entre l'oeuvre finale et son élaboration. Bien plus qu'un simple renvoi à la genèse d'une histoire, Last look s'envisage comme un prolongement fantasmagorique qui étend la cartographie du monde irréel dans lequel évolue les personnages de la trilogie. Véritable exploration graphique, les illustrations présentées mélangent anglais et langue inventée, renforçant le sentiment d'une excursion dans un pays inconnu.
Avec habilité et finesse, Charles Burns nous transporte dans son univers et nous amène à rêver que l'histoire continue après avoir tourner la dernière page.


Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes


  • Auteur(s)

    Charles Burns

  • Éditeur

    Cornelius

  • Distributeur

    Sodis

  • Date de parution

    04/11/2016

  • Collection

    Solange

  • EAN

    9782360811076

  • Disponibilité

    Indisponible

  • Nombre de pages

    80 Pages

  • Longueur

    29 cm

  • Largeur

    22.3 cm

  • Épaisseur

    1.5 cm

  • Poids

    636 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Relié  

Charles Burns

  • Pays : Etats-unis

L'enfance de Charles Burns se déroule, dans les années 60, sous l'influence du magazine satirique Mad, des films de monstres de Roger Corman et des séries à suspense que commence alors à proposer la télévision. On retrouvera ces sources d'inspiration dans ses bandes dessinées, remaniées pour créer un style étrange et
immédiatement identifiable. Il découvre Robert Crumb au milieu des années 70 et se lie d'amitié avec Matt Groening pendant le lycée. C'est en 1981, au hasard d'une séance de zapping, qu'il découvre à la télé un catcheur mexicain dont il s'inspire aussitôt pour créer son héros le plus fameux, le patibulaire et sympathique
El Borbah. Ses premières histoires sont publiées dans Heovy Metal, mais le personnage intervient rapidement dans Row, la mythique revue d'avant-garde dirigée par Art Spiegelman et Françoise Mouly. Charles Burns partage alors son temps entre
illustration et bande dessinée, se faisant avec les livres Big Baby et Fleur de Peau (tous les deux chez Cornélius) le chroniqueur d'une Amérique plus proche des Enfers que du Purgatoire. À partir de 1994, il se consacre à Black Hole (Delcourt), feuilleton brutal et poisseux qui deviendra dix ans plus tard son chef-d'oeuvre et
lui apportera une reconnaissance internationale.

empty